/news/currentevents
Navigation

Une partie d’un mur d’une école s’effondre

Les élèves ont eu peur, mais personne n’a été blessé

Une partie d’un mur d’une école s’effondre
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

FERME-NEUVE | Des élèves de 3e année d’une école primaire des Hautes-Laurentides ont eu toute une frousse quand une partie d’un mur de brique s’est effondrée à l’extérieur de l’école tout près de leur salle de classe.

L’incident est survenu en début d’après-midi mercredi à l’école du Sacré-Cœur de Ferme-Neuve, une petite ville de 3000 habitants près de Mont-Laurier.

«La classe des petits de 3e année est dans cette partie-là de l’école. Ils ont eu peur parce que ça a fait tout un boucan en tombant, mais il n’y a pas eu de blessé», explique Fabien Thibault, responsable de l’école du Sacré-Cœur.

Aucun danger pour les enfants?

Tant la direction de l’école que la Commission scolaire Pierre-Neveu affirment qu’à aucun moment, la sécurité des enfants n’a été menacée.

Mais tous ne partagent pas cet avis.

«Je ne comprends pas pourquoi les élèves sont revenus ce matin (jeudi). J’aurais voulu que l’inspecteur fasse l’inspection et qu’ensuite on dise OK ça va, on peut revenir dans la bâtisse», déplore une personne de l’endroit qui préfère garder l’anonymat.

Protocole respecté

Par voie de communiqué de presse, la commission scolaire explique que le protocole de sécurité a été respecté.

«Une équipe s’est rapidement déplacée sur place pour évaluer la situation et des mesures de sécurité ont été mises en place immédiatement. La sécurité sur l’ensemble du bâtiment a été vérifiée», explique la direction.

Des versions contradictoires

La direction de l’école et la commission scolaire n’ont toutefois pas la même version quand il est question des minutes qui ont suivi l’incident.

«On a établi notre procédure d’urgence, on a évacué l’école et on a relocalisé les élèves de ce secteur-là», affirme M. Thibault.

Voici toutefois ce qu’écrit la commission scolaire dans son communiqué.

«Les élèves étaient alors en classe et aucune évacuation n’a été nécessaire, puisque la sécurité n’a jamais été en jeu.»

Les élèves dont les classes se trouvent dans cette portion de l’école construite en 1947 ont été relogés ailleurs dans le bâtiment. Un inspecteur de la Régie du bâtiment doit passer vendredi.

 

– Avec la collaboration de monjournal.ca