/misc
Navigation

Choo-Choo et son bikini de diamants : rires assurés

Choo-Choo et son bikini de diamants : rires assurés

Coup d'oeil sur cet article

Il y a plusieurs années, le père Yvon Allard passionné de romans policiers m’avait fait un cadeau inestimable :  Fantasia chez les ploucs de Charles Williams. En parfait état avec la jaquette d’origine, le numéro 400 était un monument de drôlerie, comme seule pouvait en débusquer la Série noire. Sous la houlette du fondateur Marcel Duhamel, l’argot très parisien était bien présent comme les coupes souvent arbitraires, puisque les romans ne devaient pas dépasser les 300 pages. Oui, le roman policier peut être drôle, potache, souvent avec un sens certain de la dérision tels : Cousu main de Carl Hiassen, La santé par les plantes de François Mizzio, La nuit des grands chiens malades d’ADG et au sommet de la pile, La bouffe est chouette à Fatchakulla de Ned Crabe.

Quand Billy en apprend beaucoup sur la vie
Avec cette nouvelle traduction et le titre original : Le bikini de diamants (Gallmeister), les aventures de l’Oncle Sagamore et du petit n’ont pas pris une ride. En 1957, dans un coin reculé que nous supposons être une vallée texane ou le sud des États-Unis, le petit Billy (7 ans) vient passer des vacances chez l’oncle Sagamore. Ce dernier, connu dans toute la paroisse comme étant un bouilleur de cru illégal, est pourchassé par le pauvre shérif depuis des décennies. Futé comme un renard, il parvient toujours à passer à travers les mailles du filet, en faisant passer les policiers pour de vrai demeurés. Dans la galerie de personnages qui composent cette étrange famille, nous retiendrons Pop, le père de Billy et l’oncle Finley qui construit une hypothétique arche de Noé, mais allez savoir pourquoi ?


Les histoires de contrebande ne sont rien à côté de la tornade blonde qui va bientôt atterrir chez l’Oncle Sagamore. Choo-Choo Caroline, danseuse de La Nouvelle-Orléans, doit se «  mettre au vert   » pour éviter des ennuis. Pourchassé par la police de plusieurs états et certains membres de la pègre, son salut ne tient qu’à la tranquillité du camping de l’oncle Sagamore. Rompue aux manigances des hommes, elle porte son dévolu tout chaste sur le jeune Billy. Vêtue d’un simple bikini constellé de diamants, elle lui apprend à nager, tout en devisant sur la vraie nature des choses... de la vie !  

Si la suite du roman est une course poursuite (Miss Choo-Choo s’évanouit dans la nature), Charles Williams nous refait le coup de Huckleberry Finn avec du mordant, de l’humour et un décalage dans les propos du petit Billy, pas si naïfs que cela. Comme une plume hilarante, c’est rare, autant que vous en profitiez.