/news/green
Navigation

Découverte d'une caverne intacte de plus de 15 000 ans sous Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Avec une panoplie d’instruments allant de la baguette de sourcier à du matériel de détection utilisé par la NASA, des spéléologues québécois s’efforçaient depuis trois ans de dénicher une nouvelle galerie à la caverne de Saint-Léonard, située dans l’arrondissement du même nom, sous le parc Pie-XII.

Le 12 octobre dernier, à coups de pic et de marteau, les explorateurs Luc Le Blanc et Daniel Caron se faufilent dans un étroit tunnel glaiseux jusqu’à une partie encore vierge de la cavité principale, située dix mètres sous terre.

La nouvelle section de la caverne de Saint-Léonard s’avère plus vaste et nettement plus spectaculaire que la partie déjà connue. Intacte depuis plus de 15 000 ans, soit depuis la dernière glaciation, on y trouve des stalactites, des stalagmites et des coulées de calcite jaune. Un des couloirs découverts s’avère si rectangulaire, et son plafond si plat, qu’on le dirait «fabriqué».

Regain d’intérêt

Photo Courtoisie, Luc Le Blanc - Société québécoise

 

 

«L’ancienne partie de la caverne faisait 35 mètres et la nouvelle pourrait atteindre les 250 mètres», explique François Gélinas, le directeur général de la Société québécoise de spéléologie (SQS).

C’est donc toute une promotion pour la modeste caverne de Saint-Léonard qui se retrouve soudain de 5 à 8 fois plus vaste. «Certains amateurs de spéléologie snobaient l’endroit, le jugeant sans intérêt, raconte au Journal Daniel Caron, tout en guidant le journaliste et les photographes dans la caverne qu'il a lui-même découverte. Maintenant, ça change tout.»

Nappe phréatique

PHOTO MARTIN ALARIE

 

 

Au fond de la nouvelle galerie, la nappe phréatique forme une sorte de lac. «On peut d’abord s’y avancer à la marche, mais le niveau finit par atteindre cinq mètres», explique M. Gélinas. La qualité de cette eau, d’apparence cristalline, sera évaluée.

MM. Le Blanc et Caron ont donc vécu l’expérience surréaliste d’une balade en canot pneumatique sous le parc Pie XII et, estiment-ils, jusque sous les résidences du boulevard Lavoisier, adjacent au nord.

Aucun danger

Photo Courtoisie, Luc Le Blanc - Société québécoise

 

 

Même si la caverne se prolonge sous des résidences privées, il n’y a rien à craindre, soutient le conseiller de Saint-Léonard-Ouest, Dominic Perri. «La formation rocheuse date de plus de dix mille ans, elle a toujours été là sans qu’on le sache et elle demeure inébranlable malgré tous les chantiers de construction passés», explique-t-il.

Cet hiver, M. Perri s’engage à rendre publiques plusieurs dizaines de photographies de la nouvelle galerie et un rapport détaillé de toutes les découvertes, mesures et analyses que les experts y auront faites.

Accès au public

PHOTO MARTIN ALARIE

 

 

La SQS projette depuis des années d’ouvrir au-dessus de la caverne de Saint-Léonard un complexe de sensibilisation et d’initiation à la spéléologie appelé le Centre de la Terre. «Il est trop tôt pour dire quand le public aura accès à la nouvelle galerie puisqu’il faut la baliser pour préserver les formations géologiques fragiles», dit M. Gélinas.

Impossible aussi de savoir si d’autres séquences de galeries, qui prolongeraient encore davantage la caverne, seront découvertes à l’avenir.

Histoire

PHOTO MARTIN ALARIE

 

 

Découverte en 1812, la caverne de Saint-Léonard, alors appelée «Trou de fée», n’est protégée par les pouvoirs publics que dans les années 1960. Pendant 150 ans de laisser-aller, des visiteurs pillent des «souvenirs» et ne laissent rien des beautés vantées par ses découvreurs initiaux. Les Patriotes y auraient dissimulé un stock d’armes, selon une légende invérifiable. Chose certaine, il s’y est passé des choses pas très catholiques puisque des jeunes y ont fait la fête sans supervision parentale pendant un siècle.

En 1982, la caverne devient un lieu d’initiation à la spéléologie pour le grand public. Montréal est une des rares métropoles du monde, sinon la seule, à abriter une caverne.

Géologie

PHOTO MARTIN ALARIE

 

 

Il y a environ 15 000 ans, Montréal croule sous le poids d’un glacier de 3 km. La montagne de glace entraîne sur son passage une épaisse strate de calcaire qui glisse et qui fracture une partie des couches inférieures, plus friables, dont les parois s’écartèlent. Cette fêlure d’origine «glaciotectonique» forme ce que l’on nomme aujourd’hui la caverne de Saint-Léonard.