/weekend
Navigation

«Ce n’est pas un show de patins comme Disney on Ice»

Pour sa 42e production, le Cirque du Soleil aborde pour la 
première fois l’univers du patin et de la glace avec Crystal.
Photo Chantal Poirier Pour sa 42e production, le Cirque du Soleil aborde pour la première fois l’univers du patin et de la glace avec Crystal.

Coup d'oeil sur cet article

HOFFMAN ESTATES, ÉTATS-UNIS | En 33 ans d’existence, le Cirque du Soleil n’avait jamais touché à l’univers de la glace. C’est maintenant chose faite avec Crystal, la 42e production de la compagnie, qui sera présentée au Québec dans quelques jours. Avec un spectacle qui fusionne les arts du cirque et les disciplines de glisse et de patinage, le Cirque propose une création qui se démarque grandement de ses productions précédentes.

À la mi-novembre, une poignée de médias québécois a été invitée à Hoffman Estates, une banlieue américaine plutôt morne située à une heure de Chicago, pour rencontrer l’équipe de Crystal. Là-bas, les journalistes ont pu assister aux répétitions du spectacle, faire le tour des coulisses et regarder la représentation en soirée, avec public.

Arrivée dans la grande 
ville, Crystal croise 
différents artistes sur glace.
Photo Chantal Poirier
Arrivée dans la grande ville, Crystal croise différents artistes sur glace.

C’est début octobre, à Lafayette, en Louisiane, que la tournée de Crystal s’est amorcée. Au moment du passage du Journal à Hoffman Estates, la troupe apportait quelques petits ajustements afin d’être fin prête pour l’arrivée du spectacle à Québec et Montréal, dans moins de deux semaines.

« On a laissé le spectacle rouler dans quelques villes avant de revenir voir l’équipe, dit le co-metteur en scène, Sébastien Soldevila. Il fallait que le show prenne sa place en terme de rythme. Mais déjà à l’ouverture, le spectacle était en meilleure position que d’autres shows du Cirque qui sont moins prêts lorsqu’ils sont lancés. »

Amener le patin ailleurs

Cofondateurs de la troupe de cirque Les 7 doigts de la main, Sébastien Soldevila et sa femme Shana Carroll se sont fait approcher par le Cirque du Soleil pour travailler sur une première création sur glace. « Nous avons une fille de huit ans et nous avons vu beaucoup de spectacles de Disney on Ice, dit Sébastien en riant. Ça faisait longtemps qu’on voulait faire un spectacle sur glace. Mais ça prend une compagnie qui en a les moyens, pas juste financiers, mais aussi techniques. »

Avec Crystal, les concepteurs ont voulu emmener le spectacle de glace ailleurs. « Nous avons essayé de trouver un point de rencontre entre le patin et l’acrobatie, dit le metteur en scène. Ce n’est pas un show de patins comme Disney on Ice. Sans être méchant envers ces spectacles, c’est toujours la même esthétique. On y voit des patineurs qui font un spectacle avec des costumes. Nous voulions un peu casser ça. »

Dans Crystal, on suit une jeune femme, campée par la Torontoise Nobahar Dadui, qui cherche à donner un sens à sa vie. Ayant basculé dans un monde imaginaire, elle y rencontre son alter ego, qui lui montre une vision altérée de sa vie.

Faire des petits ?

Un numéro de 
trapèze où l’on 
voit Crystal être 
captée par un 
porteur.
Photo Chantal Poirier
Un numéro de trapèze où l’on voit Crystal être captée par un porteur.

Le public habitué aux spectacles du Cirque du Soleil se retrouvera dans un tout nouvel environnement. Crystal comprend de nombreux numéros acrobatiques, qui vont du trapèze à la jonglerie et au patin extrême.

Le patinage 
extrême termine 
la première 
partie du 
spectacle.
Photo Chantal Poirier
Le patinage extrême termine la première partie du spectacle.

Les amateurs de spectacles comme Disney on Ice ou Ice Capades auront droit, quant à eux, à une prestation aux prouesses artistiques beaucoup plus impressionnantes. L’ancien patineur olympique Kurt Browning a d’ailleurs travaillé avec l’équipe de conception pour diriger les patineurs.

Les réflexions du 
personnage de Crystal 
se multiplient dans un 
numéro où l’on voit 
quatre patineuses faire 
une performance de 
groupe au milieu 
d’effets vidéo 
interactifs.
Photo Chantal Poirier
Les réflexions du personnage de Crystal se multiplient dans un numéro où l’on voit quatre patineuses faire une performance de groupe au milieu d’effets vidéo interactifs.

Si Crystal connaît un grand succès, il pourrait lancer une lignée de nouvelles productions sur glace pour le Cirque du Soleil. « Des shows du Cirque, on peut en faire à l’infini. Alors, pourquoi pas des shows de glace ? demande Sébastien Soldevila. En même temps, le Cirque n’a fait qu’un spectacle dans l’eau [O, créé à Las Vegas en 1998]. On ne sait jamais. Comme on a la chance d’être au Québec, il y a une certaine facilité, car on connaît très bien la glace. Si l’on avait fait ce spectacle ailleurs, on aurait eu beaucoup de problèmes. »

 ♦  Pour toutes les infos : cirquedusoleil.com.

 ♦ Le Cirque du Soleil présentera Crystal du 13 au 17 décembre au Centre Vidéotron de Québec, et du 20 au 31 décembre au Centre Bell de Montréal. 

Une Torontoise dans le rôle de Crystal

Nobahar Dadui
Photo Chantal Poirier
Nobahar Dadui

Patineuse artistique professionnelle de 28 ans, la Canadienne Nobahar Dadui pensait prendre sa retraite de ce sport l’an dernier. Puis, est arrivé le projet de Crystal. « Je ne pouvais passer à côté de cette énorme occasion ! » lance la souriante artiste rencontrée dans les coulisses du nouveau spectacle du Cirque du Soleil.

Quelques minutes après son entraînement du matin, sur la glace du Sears Centre, en banlieue de Chicago, Nobahar Dadui est venue à la rencontre du Journal. D’entrée de jeu, la patineuse nous confie qu’elle avait sérieusement pensé arrêter le patin en 2016.

Des artistes en pleine
répétition, quelques 
heures avant la 
représentation du soir.
Photo Chantal Poirier
Des artistes en pleine répétition, quelques heures avant la représentation du soir.

« Je me demandais ce que je pouvais faire de plus, dit-elle. J’avais fait du patin professionnellement pendant dix ans, et j’étais aussi allée à l’école pour étudier le théâtre et la danse. Je songeais devenir entraîneuse ou retourner jouer comme comédienne. »

Ses plans ont rapidement changé lorsqu’elle a entendu parler du tout premier spectacle sur glace du Cirque du Soleil. « J’ai participé aux ateliers en février dernier. Et quelque temps plus tard, j’obtenais le contrat. »

« Je ne suis pas la star »

Ce n’est toutefois qu’en mai dernier que Nobahar apprenait qu’on lui confiait le rôle-titre du spectacle. « C’était une très belle surprise. Crystal est un personnage en qui tout le monde peut se reconnaître. »

Malgré l’importance de son rôle dans la production, Nobahar Dadui refuse de se décrire comme l’étoile du spectacle. « Je ne le suis vraiment pas. Chaque personne sur le spectacle est l’étoile. S’il ne manque qu’une personne, ce n’est pas pareil. »

Même si elle comptait de nombreuses années d’expérience en patinage artistique, en plus d’avoir aussi fait de la gymnastique, Nobahar a dû apprendre une nouvelle discipline pour Crystal : les courroies aériennes.

« Ç’a été vraiment difficile, mais merveilleux en même temps. J’étais reconnaissante de pouvoir encore ajouter une discipline à mon répertoire à 28 ans. »

Boucler la boucle

Originaire d’Iran, Nobahar Dadui a trouvé particulièrement spécial de travailler sur le spectacle avec l’ancien patineur olympique Kurt Browning.

« Kurt est mon idole depuis ma naissance ! Quand il se passait des choses difficiles en Iran, mon père nous montrait du patinage à la télévision et c’était Kurt que l’on voyait. Il nous changeait alors les idées et nous ne pensions plus à la guerre. De savoir que c’est maintenant à mon tour de changer les idées du public quand je suis sur la glace, c’est comme si la boucle était bouclée. »

Des voix québécoises sur le spectacle

Pour la toute première fois dans un spectacle de tournée, le Cirque du Soleil a ajouté des reprises de chansons pop connues à son spectacle. Fait intéressant : trois des quatre reprises du spectacle sont interprétées, sur une piste enregistrée, par des chanteuses québécoises.

Trois musiciens en patins font aussi partie 
du spectacle. Jouant tout au long de la 
performance, ils manient parfois leur 
instrument tout en patinant.
Photo Chantal Poirier
Trois musiciens en patins font aussi partie du spectacle. Jouant tout au long de la performance, ils manient parfois leur instrument tout en patinant.

Ariane Moffatt reprend Chandelier, de Sia. Gabrielle Shonk refait Halo, de Beyoncé. Et Betty Bonifassi réinterprète Sinnerman, de Nina Simone. Déjà habituées à l’univers du Cirque du Soleil, ces trois chanteuses avaient participé au spectacle Stone, sur l’œuvre de Luc Plamondon, présenté l’été dernier à Trois-Rivières.

La Française Cyrille Aimée, qui habite maintenant à Brooklyn, est la quatrième chanteuse du programme. Elle offre une nouvelle version de Beautiful Day, de U2, à la toute fin du spectacle.

« On a imbriqué ces chansons dans la trame sonore pour toucher les spectateurs et mettre l’accent sur certains moments clés du spectacle, mentionne le Cirque dans son dossier de presse. Les interprètes ont été choisies non seulement pour leur aptitude à communiquer l’essence des chansons originales, mais aussi pour rehausser l’intensité émotionnelle des tableaux qu’elles accompagnent, ajoutant ainsi la touche « Cirque du Soleil » à ces chansons.

Crystal en chiffres

Le Journal a fait une visite des coulisses en compagnie du directeur de production, Michael Naumann. Ce dernier a partagé quelques chiffres intéressants sur cette nouvelle création du Cirque.

42e production de l’histoire du Cirque du Soleil.

Le spectacle compte 40 artistes, dont une trentaine sont en patins.

Pour sa 42e production, le Cirque du Soleil aborde pour la 
première fois l’univers du patin et de la glace avec Crystal.
Photo Chantal Poirier

Chaque artiste transporte avec lui deux paires de patins, sur la route. Certains utilisent des patins artistiques, d’autres ont des patins de hockey. Le Cirque a sa propre machine en tournée pour affûter les patins.

Les amateurs 
de hockey 
seront heureux 
d’y voir un 
numéro sur ce 
sport.
Photo Chantal Poirier
Les amateurs de hockey seront heureux d’y voir un numéro sur ce sport.

40 employés du Cirque font partie de la tournée : il y a 27 membres de l’équipe technique, la gérance et un physiothérapeute.

80 employés locaux sont engagés temporairement dans chaque ville de la tournée.

17 camions semi-remorques de 53 pieds transportent tout le matériel d’une ville à l’autre.

Numéro de mâts 
pendulaires, où les 
voltigeurs sont 
propulsés très haut 
dans les airs.
Photo Chantal Poirier
Numéro de mâts pendulaires, où les voltigeurs sont propulsés très haut dans les airs.

L’équipement technique est suspendu dans les airs à une hauteur de 40 pieds. Ce sont pas moins de 75 000 livres de matériel qui sont suspendues pour chaque spectacle.

Le Cirque utilise la grandeur totale de la patinoire dans chaque aréna. La surface glacée habituelle fait 200 pieds de longueur.

La troupe se produit dans des arénas à grandeur variable. La capacité maximale d’un spectacle de Crystal ne devrait pas dépasser 7000 spectateurs pour cette tournée.

Pour bien convenir aux prouesses acrobatiques du spectacle, la glace doit être conservée à une température de -8 degrés Celsius. À Minneapolis, au Minnesota, il y a quelques semaines, le Cirque a même dû installer une glace temporaire synthétique, puisque le système de glace sur place ne fonctionnait plus. La compagnie devra aussi se servir de ces glaces temporaires en Europe, dans les villes où il n’y a pas de glace.

Pour sa 42e production, le Cirque du Soleil aborde pour la 
première fois l’univers du patin et de la glace avec Crystal.
Photo Chantal Poirier

Pas moins de 30 brassées de lavage sont effectuées quotidiennement, pour cette tournée. Étant donné que toute l’équipe du spectacle séjourne à l’hôtel, les employés et artistes en profitent aussi pour faire faire leur lessive personnelle.

Pour sa 42e production, le Cirque du Soleil aborde pour la 
première fois l’univers du patin et de la glace avec Crystal.
Photo Chantal Poirier

Le spectacle prend 12 heures à être monté dans chaque aréna et 4 heures à démonter.

 
 
 
 

 

Sur le même sujet