/news/green
Navigation

Déversement de 110 000 litres de diesel sur la côte du Pacifique en 2016: le marin s’était endormi à la barre

Déversement de 110 000 litres de diesel sur la côte du Pacifique en 2016: le marin s’était endormi à la barre
Photo Tavish Campbell et le Heiltsuk Tribal Council

Coup d'oeil sur cet article

L’échouement d’un remorqueur qui poussait une barge en octobre 2016 à l’entrée du chenal Sea Forth, près de Bella Bella, en Colombie-Britannique, est en partie dû au fait que le marin à la barre du navire s’est endormi, a récemment révélé le Bureau national de la sécurité des transports des États-Unis.

Dans son rapport daté du 21 novembre dernier, le NTSB a expliqué que «la cause probable de l’échouement de la combinaison remorqueur-chaland articulée Nathan E. Stewart/DBL 55 est le fait que le second lieutenant est tombé endormi alors qu’il était de garde». Le NTSB soutient également que l’application des procédures de surveillance, soit la présence d’une deuxième personne en plus du pilote, sur le pont, a été défaillante.

Le remorqueur Nathan E. Stewart ainsi que la barge DBL55 sont tous les deux de propriété américaine. Ils étaient partis du port de Vancouver le 4 octobre 2016 à destination de l’Alaska pour y livrer du carburant-aviation. C’est à son retour vers le sud que la combinaison remorqueur-barge a heurté un récif.

L’accident a causé pour environ 12 millions $ US de dommages aux deux composantes, surtout au remorqueur qui a coulé et qui n’a pas été réparé au bout du compte.

Lors de l’échouement, les réservoirs de carburant du navire ont été percés et 29 000 gallons (environ 110 000 litres) de diesel et d’huile de graissage se sont écoulés dans l’eau. La barge-citerne, elle, était vide au moment de l’incident.

Le déversement s’est produit au coeur de la forêt pluviale Great Bear, un secteur revendiqué par la nation autochtone Heiltsuk qui soutient n’avoir jamais été consultée concernant le transport de produits pétroliers dans la région.

Aucun des sept membres de l’équipage n’a été blessé lors de l’incident qui s’est déroulé au cours de la nuit. Le second lieutenant était seul dans la cabine de pilotage pendant son quart de travail alors que ses collègues dormaient.

Le Nathan E. Stewart et la barge bénéficiaient à ce moment d’une exemption aux règles canadiennes qui exigent normalement qu’un pilote de l’Administration de pilotage du Pacifique soit aux commandes dans de telles zones aux passages étroits. Quelques jours après l’accident, le ministre canadien des Transports, Marc Garneau, avait indiqué que l’exemption pour les deux embarcations avait été révoquée, ainsi que celles accordées pour tous les navires exploités par la compagnie américaine Kirby Offshore Marine, propriétaire du remorqueur et de la barge-citerne.

L’affaire a fait grand bruit en Colombie-Britannique avec, notamment, la nation Heiltsuk qui a lancé une campagne afin de financer une poursuite devant les tribunaux contre Kirby Offshore Marine et le gouvernement fédéral canadien, disant que le déversement a contaminé ses zones de pêche.

«Les Heiltsuk ont souffert d’une violente perturbation de leur mode de vie, de leur économie, de leur histoire et de leur identité, de même que de leur lien spirituel avec la terre», peut-on lire sur le site internet raventrust.com.