/weekend
Navigation

Inspiré de l’œuvre de Cohen

Les danseurs des Ballets Jazz de Montréal en répétition en vue de leur spectacle Dance Me, présenté mardi soir.
Photo Pierre-Paul Poulin, Le journal de montréal Les danseurs des Ballets Jazz de Montréal en répétition en vue de leur spectacle Dance Me, présenté mardi soir.

Coup d'oeil sur cet article

C’est Leonard Cohen lui-même qui a accordé sa confiance aux Ballets Jazz de Montréal (BJM) pour la mise sur pied d’un spectacle inspiré de ses œuvres. Intitulée Dance Me, cette création promet de faire voyager le public dans un univers empreint d’élégance où se côtoieront musique, danse et poésie.

À quelques jours de la première mondiale de cette nouvelle création, qui s’installera à compter de mardi au Théâtre Maisonneuve le temps de six représentations, les artisans des BJM ne regrettent qu’une chose : le fait que Leonard Cohen, décédé en novembre 2016, ne puisse assister au spectacle qu’ils ont créé.

« Lorsque j’ai appris la nouvelle, ç’a été irréel, a expliqué Louis Robitaille, le directeur artistique des BJM, en entrevue. Ensuite, il y a eu la tristesse et quelque part, la déception, puisqu’on avait le souhait de lui présenter la création, un jour (...) C’était inattendu. Il y a des événements, comme celui-là, qui vous laissent sans mots. »

« C’est vraiment dommage, parce que ça aurait été extraordinaire de pouvoir profiter de son regard sur le travail des BJM, a ajouté le metteur en scène et dramaturge Éric Jean, qui a été le “chef d’orchestre” de cette création. Ç’aurait été fabuleux de l’entendre. »

16 chansons

Louis Robitaille et Éric Jean, des admirateurs de longue date de ­Leonard Cohen, ont ratissé large dans le ­répertoire de l’artiste montréalais afin de sélectionner les 16 chansons sur ­lesquelles les danseurs allaient se ­produire sur scène.

Parmi les pièces choisies, on compte Hallelujah, Suzanne, Famous Blue Raincoat et Nevermind. Des morceaux tirés de You Want it Darker, paru deux semaines avant son décès, seront aussi du lot.

« Les gens qui vont venir voir le ­spectacle, on l’espère, vont sentir la ­présence de Leonard Cohen, a dit Éric Jean. Pas seulement dans le fait qu’on entend sa voix tout au long du spectacle, mais aussi dans les choix qui ont été faits sur le plan artistique. »

Trois chorégraphes

Interprétés par 12 danseurs, les ­différents tableaux porteront la ­signature de trois chorégraphes : ­Annabelle Lopez Ochoa, Adonis ­Foniadakis et Ihsan Rustem.

« Ce qui est intéressant, quand on travaille avec trois chorégraphes, c’est que ça amène trois rapports au travail de Cohen, a expliqué Éric Jean. Notre travail, à Louis et moi, ç’a été de faire en sorte que ça forme un tout, malgré les différences chorégraphiques. »


Dance Me sera présenté au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts du 5 au 9 décembre.