/sports/football
Navigation

La leçon des Chargers

Joey Bosa a pris l’habitude de terroriser les quarts-arrières adverses, avec 21 sacs à son actif en seulement 23 matchs en carrière.
PHOTO d’archives AFP Joey Bosa a pris l’habitude de terroriser les quarts-arrières adverses, avec 21 sacs à son actif en seulement 23 matchs en carrière.

Coup d'oeil sur cet article

Sans la moindre victoire à leurs quatre premiers matchs, ils semblaient déjà cuits. Philip Rivers paraissait vieillissant et l’embauche du nouvel entraîneur-chef Anthony Lynn ressemblait à un gros coup d’épée dans l’eau. Un mois et demi plus tard, les Chargers sont en voie de rappeler que la cloche était loin d’avoir sonné.

Depuis le 2 octobre, au lendemain d’un revers crève-cœur par deux petits points aux dépens des puissants Eagles, les Chargers s’affirment comme l’une des révélations du circuit avec un dossier de 5-2. Cinq de leurs six défaites ont été encaissées par une possession ou moins, comme quoi la ligne entre les bonnes et moins bonnes équipes est souvent bien mince.

Mais aujourd’hui, avec la déroute des Chiefs qui semble sans fin et les difficultés que connaissent les Raiders et Broncos dans la division Ouest, la porte des séries est loin d’être fermée pour les Chargers.

Qui l’eut cru ? En fait, les Chargers s’attaquent à la réalisation d’un véritable tour de force. Dans l’histoire de la NFL seuls les Chargers de 1992 sont parvenus à se classer en séries malgré un départ de 0-4. En ce 25e anniversaire de cet improbable exploit, il serait plutôt ironique que ces mêmes Chargers rééditent les exploits passés de la franchise !

Tout un revirement

Il y a quelques façons pour expliquer ce revirement de situation chez les Chargers, à commencer par le jeu du quart-arrière Philip Rivers. Le vétéran de 35 ans comptait cinq revirements à son actif lors des quatre premiers matchs, mais n’en compte que trois depuis.

La ligne offensive, responsable de six sacs lors de la même période creuse, en a concédé autant lors des sept matchs suivants. Inutile de spécifier que Rivers, qui n’est certainement pas le plus athlétique qui soit, bénéficie grandement de cette protection améliorée.

Défensivement, les Chargers sont deuxièmes dans la ligue avec 14 interceptions. Le demi de coin Casey Hayward n’est pas souvent dans la discussion lorsque vient le temps d’identifier la crème à sa position, mais c’est une aberration.

Et que dire du duo explosif de Melvin Ingram (8,5 sacs) et Joey Bosa (10,5 sacs) ? Les Chargers appliquent la pression sur 56,5 % des jeux de passe, la moyenne de la ligue étant de 45,6 %, selon STATS.

Quant au nouveau pilote, Anthony Lynn, peu importe comment le reste de la saison se déroulera, il faut lui reconnaître le mérite d’avoir maintenu les troupes concentrées malgré un départ catastrophique.

Pas sortis du bois

Quatre des cinq derniers matchs des Chargers surviennent contre des équipes montrant des fiches perdantes.

À cinq victoires contre six revers, les Chargers n’ont que 13 % de chances de se qualifier pour les séries, selon NFL Research. Ils ne sont donc pas sortis du bois, mais leur résilience dans l’adversité, quand ils étaient laissés pour morts, doit être saluée.

5 points à surveiller

1. Les débuts de Jimmy G

La blessure de CJ Beathard a enfin forcé la main des 49ers, qui lanceront dans la mêlée face aux Bears leur récente acquisition des Patriots, le quart-arrière Jimmy Garoppolo. Promis à un brillant avenir, mais sans expérience probante, il a complété 68 % de ses 96 passes à ce jour, avec six touchés et aucune interception.

2. Dominants Eagles

Les Eagles tenteront de remporter un cinquième match de suite par un écart d’au moins 20 points, cette fois face aux Seahawks. S’ils y parviennent, ils égaleraient une séquence partagée par cinq autres équipes, les derniers étant les Rams de 1999.

3. Le retour de Josh Gordon

Face aux Chargers, l’un des joueurs les plus énigmatiques de la ligue fera son grand retour. Le receveur des Browns Josh Gordon, qui a été suspendu à cinq reprises depuis 2013 pour divers problèmes de consommation, jouera son premier match depuis le 21 décembre 2014. Il avait été le meneur pour les verges en 2013 avec 1646.

4. Les meilleurs en décembre

Ça y est, c’est vraiment le dernier droit de la saison avec les premiers matchs en décembre. Au cours des cinq dernières années, les Seahawks (fiche de 19-5) et les Steelers (18-5) présentent les meilleurs dossiers cumulatifs à travers la ligue durant le dernier mois de la saison. Pas étonnant qu’ils se fraient aussi régulièrement un chemin en séries.

5. Tant qu’il ya de la vie...

N’allez pas croire que tout est fini pour les équipes qui ne jouent pas pour ,500 cette année. Lors de 18 des 27 dernières saisons, au moins une équipe par année qui présentait une fiche perdante après 11 semaines s’est tout de même qualifiée pour les séries. C’est même arrivé 12 fois lors des 13 dernières années. Les Packers (2016), Redskins (2015) et Panthers (2014) sont les exemples les plus récents.