/sports/opinion/columnists
Navigation

La lumière au bout du tunnel

SPO-HKO-HKN-MONTREAL-CANADIAENS-V-DETROIT-RED-WINGS
AFP Le retour de Carey Price a fait un grand bien au Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Il ne faut pas s’emporter trop vite, mais avec les récentes prestations du Canadien, une question me vient en tête : le Tricolore voit-il enfin la lumière au bout du tunnel ?

L’équipe de Claude Julien vient de remporter quatre matchs de suite et il se devait de le faire. Le Canadien traverse actuellement l’une des séquences les plus favorables de son calendrier régulier avec huit matchs en neuf à domicile face à, pour la majorité, des formations qui ne participeront pas aux séries d’après-saison.

Néanmoins, il fallait que le CH trouve le moyen de gagner ces rencontres et c’est ce qu’il a fait.

Les cinq prochains matchs dont celui de ce soir face aux Red Wings, seront disputés au Centre Bell et on devrait assister au retour de Shea Weber et à celui de Jonathan Drouin.

DU POSITIF

Le rôle d’un analyste est de commenter ce qui se passe dans le moment présent. Autant ai-je pu être virulent envers la direction du Canadien au cours des dernières semaines, autant aujourd’hui, je me dois d’admettre que les derniers matchs ont offert des signes encourageants.

Parmi ceux-ci, le jeu de Brendan Gallagher qui, malgré tout, demeure encore extrêmement sous-estimé.

Chaque année, on parle de lui comme d’un joueur d’énergie, mais dont les habiletés offensives ne lui permettront jamais de franchir la marque des 30 buts.

Pourtant, en ce moment, il compte 12 filets et s’il poursuit à ce rythme, il pourrait fort bien franchir la trentaine pour la première fois de sa carrière.

Un autre joueur que j’aime particulièrement en ce moment est Charles Hudon. Le chemin vers la LNH n’a pas été de tout repos pour le natif d’Alma, mais il a finalement trouvé sa niche avec le Canadien à qui il rend de fiers services.

On répète souvent, avec raison, que le Canadien n’a pas de relève, mais il faut admettre que les perspectives d’avenir sont encourageantes dans le cas d’Hudon. Il possède une vision du jeu hors pair et il s’implique à chaque match.

LE CAS PRICE

Évidemment, le retour de Carey Price s’inscrit dans la catégorie du positif chez le Canadien. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé le voir, finalement, disputer deux matchs en deux soirs, mercredi et jeudi, contre les Sénateurs d’Ottawa et les Red Wings de Detroit.

Ça devrait toujours être comme ça. Je comprends qu’il est la vedette du Canadien et qu’on lui doit un traitement particulier, mais il demeure un joueur parmi tant d’autres dans le vestiaire.

Claude Julien a pris une décision et c’est exactement ce qu’il doit faire.

POINT D’INTERROGATION

À mes yeux, le seul point d’interrogation depuis le retour de Carey Price est la hiérarchie chez les défenseurs de l’équipe. On sait que Weber est le premier défenseur et que Petry occupe la chaise du second. Pour le reste, c’est nébuleux.

C’est pourquoi je pense que Victor Mete doit demeurer avec l’équipe, et ce, toute la saison. Encore jeudi, face aux Red Wings, j’ai été agréablement surpris par le jeu de ce produit des Knights de London. Il patine bien, contrôle la rondelle, aide ses attaquants et ne semble jamais intimidé.

À chaque rencontre, j’ai l’impression qu’il gagne en confiance.

La décision facile pour le Canadien serait probablement de le prêter à Équipe Canada Junior pour ensuite le céder aux Knights.

Par contre, dans ce dossier, je crois que Marc Bergevin et son équipe se doivent de ne pas opter pour la facilité.

- Propos recueillis par Kevin Dubé

Les échos de Bergie

Des entraîneurs en danger

Les noms de certains entraîneurs commencent à circuler dans les rumeurs de congédiement. Parmi ceux-ci, Todd McLellan des Oilers d’Edmonton fait certainement partie des premiers en lice. Il s’en est récemment pris à ses deux vedettes Connor McDavid et Leon Draisaitl et on a l’impression qu’il ne sait plus dans quelle direction viser. Il faut dire que son directeur général Peter Chiarelli ne l’a pas aidé en échangeant deux des meilleurs attaquants de l’équipe, Taylor Hall et Jordan Eberle au cours des dernières saisons. Il semble toutefois que ce sera l’entraîneur qui écopera avant le directeur général. Comme l’a si bien dit Serge Savard la semaine dernière : un directeur général aura l’occasion de congédier quatre entraîneurs avant que son tour ne vienne. Parmi les autres candidats en danger, je pense que Jeff Blashill doit commencer à sentir la soupe chaude à Detroit. La grogne se fait sentir chez les partisans et même le directeur général Ken Holland ne semble plus faire l’unanimité.

Ça va mal à Ottawa

Depuis l’acquisition de Matt Duchene, les Sénateurs d’Ottawa sont en véritable déroute. Il est difficile de mettre le doigt sur ce qui ne fonctionne pas dans la capitale fédérale. Après la transaction, plusieurs s’attendaient à voir les Sénateurs monter au classement et Duchene combler un besoin au centre. Jusqu’à maintenant, ce n’est pas le cas. Heureusement, les Sens ont quelques matchs en main sur quelques autres équipes de l’Est, mais ils devront retrouver le sentier de la victoire, car les séries pourraient devenir difficiles à atteindre. Pendant ce temps, Kyle Turris va bien à Nashville, et que dire du jeune Samuel Girard avec l’Avalanche !

Une visite à Québec

Je suis heureux d’annoncer que je serai l’entraîneur de l’une des deux équipes qui prendront part au Pro-Am Gagné-Bergeron, cet été, à Québec. L’un des organisateurs de l’événement avec Patrice Bergeron et Simon Gagné, Alain Rioux, m’a lâché un coup de fil et j’ai accepté tout de suite. Non seulement ce match est disputé pour trois bonnes causes, le Pignon Bleu, Leucan et la Fondation Philippe Boucher, mais c’est également toujours un plaisir pour moi de revenir à Québec. On s’y voit cet été !