/travel/destinations
Navigation

Première visite à La Havane

Hauptstraße in Havanna „Calle Paseo de Marti“ mit alten restaurierten Häuserfronten und Oldtimer auf der Straße
Photo Fotolia Le taxi collectif est un moyen de transport pratique qui permet de se déplacer à bon prix entre les quartiers de la capitale cubaine.

Coup d'oeil sur cet article

Déclarée en 1982 patrimoine mondial de l’UNESCO, La Havane s’appelait autrefois Villa de San Cristobal. Elle fêtera dans deux ans, le 19 novembre 2019, le 500e anniversaire de sa fondation. Et on se prépare fébrilement à célébrer cet événement.

On me demande souvent comment faire si on veut visiter la capitale cubaine par soi-même, c’est-à-dire sans guide. La Havane n’est pas Paris et il est vrai qu’il faut une approche toute particulière pour percer son mystère. Justement, on inaugure, ces jours-ci, un premier Centro de Visitantes (centre touristique), sur l’avenue du Port, tout près de la Plaza de Armas, dans la Vieille Havane.

Le visiteur pourra y trouver tout ce dont il a besoin pour satisfaire sa curiosité et découvrir le patrimoine culturel et historique de la plus vieille des villes cubaines, ainsi que toutes les facettes de la vie havanaise : documentation, vidéo, et même un guide accompagnateur pour ceux et celles qui désirent faire une visite guidée des principaux sites historiques.

Où loger

La première question, pour le visiteur, est de savoir où loger pendant une journée, ou une semaine. Bien sûr, il y a les hôtels luxueux dont les prix ont augmenté passablement depuis l’ouverture du pays aux touristes américains, et d’autres, moins luxueux. Mais il existe une façon plus sympathique de se loger, à bas prix. Le système des « casas particulares » (un genre de bed & breakfast) est très bien développé. Ce service est légal, les maisons qui l’offrent sont identifiées sur la porte extérieure par un petit logo bleu et il n’y a guère de mauvaise surprise.

Il existe, sur le web, de nombreuses offres de location au jour le jour ou à la semaine, avec photos, et les prix varient entre 20 et 30 ou 35 CUC par jour (1 CUC équivaut plus ou moins à un dollar américain), selon le nombre de personnes et de chambres à louer.

À 30 CUC, vous pourrez vous loger dans un joli appartement, avec une chambre à coucher (parfois deux), un salon, une salle à manger, une cuisine équipée et une salle de bain avec douche et eau chaude. Normalement, sauf avis contraire, le propriétaire nettoie l’appartement tous les jours. Celui-ci vous indiquera où faire vos achats de nourriture si vous voulez préparer vos repas à l’occasion, mais on vous proposera également le service du petit déjeuner, à prendre sur la terrasse ou dans le patio intérieur, pour 3 ou 4 CUC, ce qui peut s’avérer fort agréable. Il est préférable de réserver avant votre départ et les propriétaires n’exigeront aucun dépôt.

Près de la vieille ville

Si vous vous proposez de visiter pendant quelques jours la Habana Vieja, il est préférable de vous loger près de la vieille ville. La vieille ville regorge d’appartements de style colonial avec ses hauts plafonds et ses boiseries magnifiques.

Le quartier Centro Habana, plus populeux, est moins cher, mais le quartier Vedado est plus beau, avec ses rues et ses parcs ombragés et ses hôtels avec piscine extérieure. Et n’est pas très loin du quartier historique. Vous pourrez, soit marcher le long du Malecón (front de mer) et admirer aussi bien l’entrée portuaire que les vieilles façades en voie d’être restaurées de façon magnifique, soit vous négocier un coco taxi ou un taxi à 5 ou 6 CUC, jusqu’à la Plaza San Francisco où peut débuter votre visite.

Plus tard, vous pourrez apprivoiser un autre type de transport plus économique, celui que pratiquent bon nombre de Cubains pressés, le taxi collectif ou « la maquina compartida », une vieille voiture d’avant la révolution qui effectue toujours le même circuit routier et qui prend jusqu’à cinq ou six passagers, à prix fixe, que vous soyez Cubain ou touriste, pour environ 0,25 CUC par personne. Mais il est préférable de parler espagnol ou de le baragouiner pour s’informer, avant d’y monter, de la route que va emprunter le taxista.