/opinion/columnists
Navigation

Svp, please, lisez-moi, read me

Maîtriser ou non plusieurs langues ? Ce n’est pas ça, le débat.

Periode des questions
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Être chroniqueur est un immense privilège, mais qui comporte son lot de frustrations.

L’une d’entre elles est de réaliser que le débat public, que vous cherchez à faire avancer, charrie les mêmes confusions en 2017 qu’en 2007 ou 1997.

Le débat sur le « bonjour, hi » a débouché sur une motion de l’Assemblée nationale invitant les commerçants à n’accueillir­­­ les clients qu’en français.

Confusion

Après 40 ans de débat linguistique, j’entends encore des gens me demander : en quoi ça vous dérange qu’un commis dans un magasin s’adresse à vous en anglais ou en « bilingue » ?

Cette question sera suivie de l’habituelle cassette sur les vertus de savoir parler anglais.

Évidemment qu’il est bon que chaque individu maîtrise plusieurs langues. D’ailleurs, les anglophones d’ici parlent plus français que jadis.

Jacques Parizeau, le plus grand leader indépendantiste du dernier demi-siècle, proposait de botter le cul de chaque Québécois qui refuserait d’apprendre l’anglais.

Ce n’est pas ça, le débat.

La question est de savoir quelle doit être la langue usuelle et principale du travail au Québec.

Je parle parfaitement anglais, mais je ne passe pas automatiquement à l’anglais pour accommoder un anglophone d’ici ou un allophone qui ne s’est jamais donné la peine d’apprendre­­­ le français.

Quand un vendeur accueille avec « bonjour, hi » et se met à parler anglais ou « bilingue » — croyant être « fin » ou parce que c’est plus « pratique » —, il fait reculer cette prépondérance du français, déjà fragile, comme langue principale du travail.

Prenez un Deepak Singh qui vient d’arriver. Il baragouine l’anglais et possède zéro maîtrise du français.

Si le francophone en face de lui passe automatiquement à l’anglais, pourquoi Deepak, pas con, ferait-il l’effort d’apprendre le français ?

Si on l’accueille avec « bonjour, hi » et qu’on le quitte avec « merci, thank you », Deepak se dira qu’ici, les deux langues sont sur un pied d’égalité et qu’on prend celle qu’on veut.

Notre colonialisme mental est franchement spectaculaire.

Allez en Floride où le nombre de Latinos­­­ est hallucinant. Vous ne verrez pas une vendeuse qui vous aborde avec un « Hi, Hola ».

Le dernier degré de la bêtise est de dire qu’il faut faciliter la vie des touristes.

Ces derniers viennent ici précisément parce que le Québec est différent. Si un Américain veut continuer à parler comme à Seattle, il y a toujours Toronto.

Vases communicants

Il y en a qui n’ont pas encore compris qu’il existe un rapport de force entre les langues quand il s’agit de déterminer laquelle doit être prépondérante dans la vie publique.

Dans l’espace public, les progrès de l’une sont les reculs de l’autre.

Et si vous pensez que tout ce débat est futile, niaiseux ou secondaire, vous faites partie du problème. Désolé, sorry.