/news/currentevents
Navigation

Trump et Rizzuto chassés par le même procureur

Celui qui a fait condamner le mafieux enquête sur la campagne du président

Le procureur Greg Andres, qui a fait condamner le parrain Vito Rizzuto à 10 ans pour complot de meurtres, participe à l’enquête sur l’ingérence des Russes dans la campagne électorale américaine de 2016.
Photo courtoisie Le procureur Greg Andres, qui a fait condamner le parrain Vito Rizzuto à 10 ans pour complot de meurtres, participe à l’enquête sur l’ingérence des Russes dans la campagne électorale américaine de 2016.

Coup d'oeil sur cet article

L’enquête criminelle qui a fait plier les genoux d’un ex-bras droit du président américain Donald Trump, hier, est notamment pilotée par le procureur qui a envoyé un célèbre parrain de la mafia montréalaise en taule.

Greg Andres a fait condamner Vito Rizzuto pour complot de meurtres, en mai 2007, à Brooklyn, à la suite d’une enquête du FBI qui a aussi conduit une centaine de mafiosi new-yorkais derrière les barreaux.

Il fait maintenant partie des 17 procureurs de l’équipe spéciale chargée de faire la lumière sur les allégations d’ingérence et de collusion entre la Russie et la campagne de Donald Trump avant l’élection présidentielle de 2016.

Son arrivée au sein du groupe d’enquête dirigé par l’ancien grand patron du FBI Robert Mueller, en août, a été suivie par la mise en accusation de quatre anciens proches du président Trump dans cette affaire.

Hier, l’ancien conseiller du président en matière de sécurité nationale, Michael Flynn, s’est non seulement reconnu coupable d’avoir menti au FBI, mais il a aussi accepté de collaborer en alimentant l’enquête par ses déclarations.

« Je pense que l’embauche d’Andres est un excellent choix étant donné ses connaissances et son expertise dans la conduite de procès complexes contre des organisations criminelles d’envergure, comme la Cosa Nostra de New York », a commenté l’auteur et expert du crime organisé, Pierre de Champlain.

Contrat de meurtre

Vito Rizzuto
Photo US Helsinki Commission
Vito Rizzuto

C’est avec ce procureur que les avocats du défunt parrain avaient négocié une peine de 10 ans d’incarcération en échange d’un plaidoyer de culpabilité. Me Andres avait laissé entendre que la preuve aux dépens de Vito Rizzuto était loin d’être en béton.

Le clan Bonanno, avec lequel la mafia montréalaise a toujours été étroitement liée, a été décimé dans cette affaire. L’année où Rizzuto a été arrêté, en 2004, un contrat de meurtre a même été mis sur la tête du procureur Andres par l’un des lieutenants du clan Bonanno, Vincent Basciano, surnommé « Vinny Gorgeous ».

Avant d’être arrêté et condamné à la prison à perpétuité pour meurtre, Basciano avait demandé à l’ex-patron du clan Bonanno, Joseph Massino, de le « laisser tirer » sur Andres alors que celui-ci sortirait de son restaurant italien favori. Massino, qui collaborait secrètement avec le FBI, avait rapporté ses menaces aux policiers.

Dur à intimider

« Je viens de lire une biographie sur Basciano dans laquelle il est fait mention des menaces contre Andres. Ce dernier ne s’est jamais senti intimidé ou craintif de poursuivre et de faire condamner des individus de haut rang du crime organisé », a mentionné Pierre de Champlain, qui a aussi travaillé comme analyste du renseignement à la GRC.

Le délateur Massino — libéré en 2013 avant le décès de Vito Rizzuto — a révélé au FBI que le procureur « [Andres] avait pratiquement détruit la famille Bonanno ».

Joseph « Big Joey » Massino et son beau-frère Salvatore Vitale — lui aussi délateur — ont joué un rôle clé dans l’arrestation de Vito Rizzuto. Ils avaient identifié le parrain montréalais comme l’un des tireurs quand trois « capos » déloyaux du clan Bonanno ont été abattus dans un restaurant de Brooklyn, le 5 mai 1981, à la demande de Massino.