/news/currentevents
Navigation

Une autre ex-élue aurait voyagé à Vegas aux frais d’un ingénieur

L’ancien patron de Dessau dit avoir gâté l’ex-VP du comité exécutif de Montréal

Francine Senécal a été élue avec Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay (à gauche), en 2001. Elle occupait la vice-présidence et le poste de responsable des sports et loisirs au comité exécutif. Elle a démissionné en 2008.
Photo d’archives Francine Senécal a été élue avec Union Montréal, le parti de Gérald Tremblay (à gauche), en 2001. Elle occupait la vice-présidence et le poste de responsable des sports et loisirs au comité exécutif. Elle a démissionné en 2008.

Coup d'oeil sur cet article

Un autre membre du comité exécutif de l’ex-maire de Montréal Gérald Tremblay serait allé en voyage avec le patron d’une firme impliquée dans le scandale des compteurs d’eau.

Après l’ex-président du comité exécutif Frank Zampino, c’est au tour de l’ex-vice-présidente­­­ de ce même comité exécutif d’être éclaboussée.

<b>Rosaire Sauriol</b><br />
Ex-patron de Dessau
Photo d'archives
Rosaire Sauriol
Ex-patron de Dessau

Francine Sénécal se serait fait gâter à Las Vegas par Rosaire Sauriol, ex-patron de la firme de génie Dessau, apprend-on dans des documents de l’enquête policière consultés par notre Bureau d’enquête.

Sauriol lui-même a rapporté à l’Unité permanente anticorruption (UPAC) que les événements s’étaient déroulés dans le cadre d’une virée de trois nuits dans la capitale du vice.

Classe affaires

L’ingénieur et sa conjointe voyageaient alors en compagnie du couple formé de Francine Senécal et Martial Filion, l’ex-directeur général de la Société d’habitation et de logement de Montréal (SHDM), aujourd’hui décédé.

Rosaire Sauriol a déclaré à l’UPAC les faits suivants :

  • Il a payé la différence entre un billet classe affaires et un de classe économique pour le couple Filion/Sénécal.
  • Il a payé les repas au restaurant de Francine Sénécal et Martial Filion tous les soirs.
  • Il a également fourni les billets pour deux spectacles que les quatre voyageurs sont allés voir ensemble.

On savait déjà que Frank Zampino avait séjourné en 2007 et en 2008 sur le yacht de l’entrepreneur Tony Accurso, en compagnie de ce dernier et de Rosaire Sauriol.

Ils obtiennent le contrat

Les firmes d’Accurso et de Sauriol ont remporté fin 2007 le contrat des compteurs d’eau. Valant plus de 355 millions $, c’était le plus gros contrat octroyé dans l’histoire de la Ville. Il a été annulé en 2009 après la découverte d’irrégularités.

« Francine Senécal était membre du comité exécutif de la Ville de Montréal durant le processus menant au contrat des compteurs d’eau entre 2004 et 2008 et, donc, était en position de pouvoir pour appuyer, voter et influencer les décisions de la Ville quant à l’octroi des contrats », notent les policiers.

Les allégations de Rosaire Sauriol sont contenues dans les affidavits qui ont permis aux policiers d’obtenir un mandat pour perquisitionner la résidence de Francine Sénécal, en juillet 2015.

Un juge en a autorisé la publication cette semaine après que le Directeur des poursuites criminelles et pénales a annoncé qu’en raison de l’insuffisance de preuve, aucune accusation ne serait portée contre Francine Senécal dans ce dossier.

Les allégations de M. Sauriol n’ont pas été testées devant les tribunaux.

Centre Bell

Des inscriptions à l’agenda de Sauriol mentionnent aussi que Francine Senécal a été invitée à plusieurs reprises avec d’autres élus dans des loges au Centre Bell.

Francine Senécal a quitté ses fonctions en octobre 2008. Elle est aujourd’hui directrice générale de la Fondation de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Elle n’a pas donné suite à nos demandes pour obtenir un commentaire de sa part.

 

La saga des compteurs d’eau en bref

  • En 2006, le comité exécutif de la Ville de Montréal lance l’appel d’offres. Le coût du projet est alors estimé à 95 M$. Trois consortiums se qualifient.
  • En avril 2007, les trois consortiums finalistes sont invités à soumettre des propositions. « Des instructions sont données aux candidats, dont le fait que ceux-ci doivent respecter la consigne de ne pas communiquer avec le bureau de projet, les instances Ville et élus. Un manquement à cette règle serait considéré comme une faute grave entraînant l’exclusion du candidat de l’appel de propositions », peut-on lire dans les documents d’enquête.
  • Pendant cette période, selon l’UPAC, Tony Accurso, propriétaire de Simard-Beaudry, et Rosaire Sauriol, patron de Dessau, ont plusieurs contacts (voyages, repas au restaurant, soirées au hockey) avec des élus montréalais, dont Frank Zampino et Francine Senécal.
  • En novembre 2007, le Comité exécutif recommande d’accorder le contrat à Génieau, formé de Simard-Beaudry et Dessau. Le contrat de plus de 355 M$ est officialisé quelques semaines plus tard.
  • En septembre 2009, le vérificateur général Jacques Bergeron remet un rapport cinglant qui soutient que le processus d’octroi du contrat était truffé d’irrégularités.
  • Le lendemain du dépôt du rapport, le maire Gérald Tremblay annule le contrat des compteurs d’eau.
  • À ce jour, l’enquête de l’UPAC se poursuit et aucune accusation n’a été déposée.