/sports/racing
Navigation

Jacques Villeneuve sera intronisé au nouveau Panthéon de la FIA

<<STORY SLUG>>
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

PENSACOLA, Floride | Ils ne sont que 33 pilotes à avoir été couronnés champions du monde dans l’histoire de la F1, et la Fédération internationale de l’automobile (FIA) a tenu à commémorer leur exploit.

C’est ainsi que le Panthéon de la FIA, un projet que caresse la plus haute instance du sport automobile depuis près de trois ans, accueillera demain ses 40 premiers intronisés.

Parmi ceux-ci, les pilotes titrés en F1, dont Jacques Villeneuve, seul Canadien à avoir remporté une couronne mondiale et seulement le troisième pilote nord-américain à avoir atteint ce but ultime après Phil Hill et Mario Andretti.

Le pilote québécois, aujourd’hui âgé de 46 ans, a confirmé sa présence à l’événement, tout autant que la plupart des champions toujours vivants dont Alain Prost, Sebastian Vettel, Nigel Mansell, Fernando Alonso, Andretti et Jackie Stewart, le plus âgé de tous à 78 ans.

La famille de Michael Schumacher et celle de certains pilotes disparus, tels Jim Clark, Jack Brabham, Ayrton Senna et James Hunt, seront également sur place.

« Nous allons inaugurer un Panthéon pour rendre hommage à tous ceux qui ont marqué l’histoire de la course automobile, avait indiqué en avril dernier Jean Todt, président de la FIA. Nous allons procéder à son ouverture en décembre. »

Deux cents convives

La cérémonie aura lieu en début de soirée au bureau de l’Automobile Club de France, au 6, Place de la Concorde, à Paris.

Parmi les 200 invités, outre la quarantaine d’intronisés et leur famille, la FIA a aussi convié 40 journalistes et 80 délégués venus des quatre coins du globe.

Six bolides parmi les plus célèbres seront exposés près de la grande scène. Chacun des champions honorés y apportera un souvenir de sa carrière.

Villeneuve, lui, s’y présentera avec le casque qu’il a porté quand il a remporté les 1000 km de Spa-Francorchamps en mai 2008 et terminé deuxième, le mois suivant, à la célèbre course d’endurance des 24 Heures du Mans.

Le fameux dépassement à Jerez

En 1997, Villeneuve devenait le 26e cham­pion du monde en F1, lorsqu’au Grand Prix d’Europe, présenté le 26 octobre au circuit de Jerez de la Fontera, en Espagne, il s’est classé à la troisième place au volant de sa Williams.

Son fameux dépassement aux dépens de Michael Schumacher, qui convoitait sa troisième couronne, restera à jamais l’un des moments marquants de son parcours en F1.

Si Graham Hill est le seul de l’histoire à avoir réussi la « Triple Couronne » du sport automobile, soit des victoires au Grand Prix de Monaco, aux 500 Milles d’Indianapolis et aux 24 Heures du Mans, Villeneuve fait partie d’un groupe sélect de quatre pilotes à avoir récolté des championnats en F1 et en Série IndyCar, exploit qu’ont également réussi Fittipaldi, Andretti et Mansell.

En 1995, sa victoire aux 500 Milles d’Indianapolis lui ouvrait les portes de la discipline-reine de la course automobile. Dès l’année suivante, ses premiers tours de roue en F1 auront été fulgurants.

Il signe en effet la position de tête à son tout premier Grand Prix, en Australie, et se dirige vers la victoire quand il est forcé de laisser passer son coéquipier, Damon Hill, après avoir été victime d’ennuis de moteur.

Cette deuxième place était un prélude à un début de carrière prometteur.

Villeneuve remportait sa première course au Grand Prix d’Europe disputé au circuit du Nürburgring, le 28 avril 1996, à seulement son quatrième départ en F1.

<<STORY SLUG>>
Photo courtoisie

Champion à vie

Dans une récente entrevue accordée au Journal, Villeneuve tenait à nous corriger quand on le décrivait, dans nos écrits, comme un... ex-champion du monde.

« Être champion du monde, dit-il, c’est quelque chose qui reste. Tu es champion du monde à vie. Tu n’es pas un ex-champion du monde. »

Villeneuve a toujours cru qu’il parviendrait un jour à devenir champion. Cet exploit, que son père Gilles aurait sans doute réalisé avant lui si sa vie n’avait pas été fauchée le 8 mai 1982 en Belgique.

« Qu’est-ce que j’aurais fait si ce n’était pas arrivé ? se questionne-t-il. Ça m’aurait détruit de ne pas gagner.

« C’était mon but ultime. Toute ma vie, j’avais travaillé pour ça. En fait, je ne savais faire que ça, de la course.

« À ce moment, ça me semblait logique de le gagner. Je n’avais aucun doute dans mon esprit que j’allais devenir un jour champion du monde. »

► Reconnu pour son franc-parler et ses déclarations parfois incendiaires, Jacques Villeneuve a beau soulever la controverse et se faire des ennemis, il faut reconnaître qu’il est le seul Canadien titré en F1. Et ça, personne ne le lui enlèvera, peu importe le contexte. Oui, en 1997, il comptait sur la meilleure monoplace du plateau, mais d’autres pilotes ont disposé des mêmes moyens, avant ou après lui, et ne sont pas parvenus à tirer leur épingle du jeu.