/opinion/blogs/columnists
Navigation

Du changement, s'il vous plaît!

POL-CONSEIL GÉNÉRAL DE LA CAQ
Photo Agence QMI, Audré Kieffer Le chef de la CAQ, François Legault, sera-t-il ou non l'homme du «changement» que les Québécois recherchent? Réponse: au prochain scrutin, le 1er octobre 2018.

Coup d'oeil sur cet article

«Changement». Le mot lui-même est à la politique ce que la poutine est à la gastronomie. Des calories vides qui remplissent la panse pendant qu’on ne pense pas trop à ce qu’on y met.

Comprenez-moi bien. Il arrive fort heureusement que le «changement» soit non seulement réel, mais aussi pour le mieux. Un changement de gouvernement qui, disons, irait dans le sens du bien commun, cette bonne vieille notion trop vite oubliée depuis les méandres de la commission Charbonneau.

Mais il arrive aussi que le «changement» soit un mot-piège qui, dans les faits, veut tout simplement dire «je vais prendre ceci pour changer, juste pour changer».

Après presque quinze ans au pouvoir, les libéraux arrivant peut-être bientôt à leur propre date de péremption, le sempiternel thème du «changement» est donc dans l’air.

Mais quel changement? Comme dirait Shakespeare : that is the question...

De toute manière, la prochaine élection en décidera.

En fin de semaine, un sondage Léger/Le Devoir plaçait la CAQ de François Legault loin devant le PQ comme alternative au PLQ. Une tendance qui se dessine depuis des mois.

La question qui tue saute aux yeux: cette avance se maintiendra-t-elle ou non jusqu’au soir du 1er octobre 2018? Bien malins ceux ou celles qui le sauraient déjà.

À la question «Lequel des partis politiques suivants représente le plus le changement?», 36% des francophones ont répondu la CAQ; 21% optaient pour Québec solidaire; 6% pour le PLQ et 10% seulement pour le PQ.

Ce qui laissait un gros 28% des répondants qui ne savaient pas, refusaient de répondre ou préféraient un autre parti.

Or, 28%, ça représente beaucoup de monde. Du moins, pour le moment.

En attendant, question de tremper le «changement» dans quelques gouttes d’ironie bien servie, un bref rappel de cet extrait savoureux d’une chanson de Loco Locass :

«Changement! Changement! On veut du changement!
Quitte à confier au lévrier les leviers du clapier?
N'importe quoi pour les Québécois
Pourvu qu'on soit dans l'changement

Changement! Changement! On veut du changement!
Quitte à confier au lévrier les leviers du clapier?
N'importe quoi pour les Québécois
Pourvu qu'on soit dans l'champ...
Depuis qu't'as dropé ton drapeau
Tu sais pus quoi faire de ta peau»