/misc
Navigation

Le grand retour de «Philippe-Flop»?

Le premier ministre Philippe Couillard
Le premier ministre Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Après être né en 2013, le surnom «Philippe-Flop» reviendrait-il hanter le premier ministre Philippe Couillard?

Cette étiquette qu’employaient à l’époque les adversaires de M. Couillard, qui venait de remporter la course à la chefferie du Parti libéral, refait surface en raison du projet de troisième lien entre Québec et Lévis.

Alors que Philippe Couillard affirmait au congrès libéral, il y a un peu plus d’une semaine, vouloir «sortir le Québec» de la «logique insoutenable de toujours plus de routes pour plus de voitures», son gouvernement a annoncé en grande pompe, lundi, qu’il lancerait «dès cette semaine» un appel d’offres pour la réalisation du dossier d’opportunité, du troisième lien, dont l’étude devrait débuter en janvier.

Ce projet a aussitôt été qualifié de «Philippe-Flop» par la députée caquiste Nathalie Roy, laquelle relayait un message Twitter du journaliste Mathieu Dion soulevant l’aspect contradictoire de l’annonce gouvernementale.

Il faut toutefois mentionner qu’au congrès libéral, le premier ministre a fait savoir que son gouvernement allait continuer de faire cheminer le projet de troisième lien puisqu’à Québec, il existe aussi un futur projet structurant de transport en commun. Selon lui, ces deux projets ne sont pas contradictoires.

Par ailleurs, d’autres députés de la Coalition avenir Québec, parti qui milite pour un troisième lien à l’est depuis 2011, ont aussi vivement critiqué cette sortie du gouvernement.

«Ce matin, nous avons assisté à une mascarade, une mascarade préélectorale. Le but, tout simplement, c'est d'enlever l'enjeu du troisième lien dans la grande région de Québec.» – Marc Picard

«Est-ce que ça prend trois ans pour mettre en place un bureau de projet sur un projet comme celui-là? Bien, vous avez juste à regarder le SRB qui n'a jamais fait l'objet d'aucune annonce électorale, puis ça a pris, quoi, trois semaines pour avoir un bureau de projet, 12 millions. Trois ans pour le troisième lien. Alors, quand il y a une volonté du gouvernement d'agir, on voit c'est quoi, le vrai délai. Et, quand il n'y a aucune volonté, bien, c'est ça, ça prend trois ans avant d'avoir un pseudo bureau de projet», s'est insurgé Éric Caire.

Le premier ministre Philippe Couillard
Photo Simon Clark/Agence QMI

 

Des petits problèmes de cadrage...

Par ailleurs, Québec solidaire qui tenait son congrès électoral ce week-end a diffusé, en direct sur Facebook, le discours des co-porte-parole du parti, Manon Massé et Gabriel Nadeau-Dubois.

La personne responsable de la caméra semble toutefois avoir éprouvé quelques problèmes de cadrage en début de diffusion...

À souligner aussi la grande aisance d’Amir Khadir...

Une femme à tout faire?

Nous savions que les politiciens sont polyvalents... mais nous étions bien loin de nous imaginer que l’installation d’une porte de garde-robe faisait partie des tâches connexes des députés...

Elle vit dangereusement... debout sur une chaise à roulettes! 

Une petite danse en ligne avec ça?

Le métier de politicien implique aussi d'assister à plusieurs activités dans son comté. Le député péquiste Mathieu Traversy a visiblement son rôle à cœur et a pris part à une danse en ligne! De son propre aveu, il est «prêt pour les rigodons du temps des Fêtes!»