/opinion/columnists
Navigation

À quoi sert le PQ?

Coup d'oeil sur cet article

« Nous sommes actuellement en bas de la pente », a dit Jean-François Lisée en parlant du dernier sondage Léger- Le Devoir qui donne 19 % au PQ contre 32 % au PLQ et 36 % à la CAQ.

Si le chef du PQ veut stopper la chute de sa formation et amorcer sa lente et pénible remontée dans les sondages, il doit d’abord répondre à une question que de plus en plus de gens se posent...

À quoi sert ce parti ?

LE SYNDROME SEARS

Nous vivons à l’ère des niches.

Il y a des magasins pour chiens, des boutiques pour collectionneurs de cartes de hockey, des pâtisseries spécialisées dans les gâteaux sans gluten...

Mais quand on regarde le PQ, on a l’impression de se retrouver dans une vieille succursale de Sears, avant la faillite.

On y trouve tout et n’importe quoi.

Quelle est la spécificité de ce parti ? On ne le sait pas.

Avant, c’était la souveraineté, mais on a décidé de mettre l’option dans le congélateur pour les prochaines années, le temps que les « conditions gagnantes » soient rassemblées.

Alors on se retrouve avec une Maison du spaghetti qui ne sert plus de spaghetti.

Un peu comme l’ancien restaurant La Moulerie, à Outremont, qui avait décidé de ne plus servir de moules à la suite d’une vague d’intoxications alimentaires causées par des moules contaminées.

Parfois, le PQ est un parti de gauche comme Québec solidaire.

Parfois, c’est un parti nationaliste et identitaire comme la CAQ.

Parfois, c’est un parti écolo comme le Parti vert.

Une sorte de dépanneur 5-10-15 qui vend des produits qu’on peut retrouver partout ailleurs.

Dans un décor qui n’a pas vraiment changé depuis les années 1970.

Une fois vidé de sa substantifique moelle, c’est-à-dire la souveraineté, le PQ n’est plus qu’une pâle copie des partis existants.

Or, pourquoi acheter un pain tranché lambda au dépanneur du coin quand tu peux acheter une super belle baguette croustillante dans une boulangerie artisanale ?

Si tu es de gauche, tu votes Québec solidaire, pas PQ !

MAGIE NOIRE

D’ailleurs, je suis convaincu que l’opération charme menée par Jean-François Lisée auprès des troupes de Manon Massé a beaucoup nui au parti.

Qu’est-ce qu’un parti respectable comme le PQ faisait avec une bande de militants radicaux comme Québec solidaire ?

Ils souhaitent bannir le mot « patrimoine » ! Ils ne veulent pas faire la promotion des produits de la mer, car c’est mauvais de manger des animaux !

Ils ne veulent plus qu’on utilise l’expression « magie noire », car c’est discriminatoire pour la communauté noire !

Ils veulent nationaliser internet ! Probablement afin de mieux contrôler ce que les gens regardent !

Le PQ qui flirte avec Québec solidaire, c’est comme si Serge Fiori décidait de faire un album avec Weird Al Yankovic, ou comme si Gilles Vigneault reprenait les plus grands succès de Normand L’Amour.

« Il t’nait la poignée de porte / Il t’nait la poignée de porte / Pi y’a lâchait pas / La poignée, la poignée, la poignée ! »

Le temps est venu pour le PQ de retrouver son chemin...

Qu’est-ce que ce parti a à nous offrir que les autres ne nous offrent pas déjà ?