/entertainment
Navigation

Union pour décrier la politique du fédéral face aux géants du web

Des personnalités et représentants de différents milieux lancent un cri d’alarme

Coup d'oeil sur cet article

Mobilisation massive contre Ottawa en provenance du Québec. Artistes, producteurs, diffuseurs et gens d’affaires s’unissent pour décrier la politique du fédéral face aux géants étrangers du web, tels que Netflix, Amazon et Google.

Dans une publicité située aux pages 52 et 53 du Journal, ce collectif regroupant plus d’une centaine de membres dénonce les orientations du gouvernement de Justin Trudeau, qui fragilise la culture québécoise et canadienne en permettant à Netflix et compagnie « d’échapper aux taxes que toutes les entreprises d’ici doivent prélever ».

« Il faut corriger cette injustice qui pénalise nos entreprises, nos artistes, nos artisans et nos travailleurs », peut-on lire dans un court texte entouré de nombreuses signatures.

De Mitsou à Alexandre Taillefer

Parmi les personnalités du milieu culturel à avoir ratifié ce message, signalons Martin Matte, Guylaine Tremblay, Mitsou Gélinas, Patrick Huard, Louis Morissette, Karine Vanasse, Jean-Philippe Dion, Denys Arcand, Charles Lafortune, Denise Filiatrault, Yan England, Stéphane Laporte et Fabienne Larouche.

Chez les diffuseurs, TVA, Bell Média, V, Télé-Québec, Cogeco et TV5 font partie des adhérents. Du côté des gens d’affaires, citons Alexandre Taillefer (XPND Capital), Pierre Karl Péladeau (Québecor) et Peter Simons (La Maison Simons).

La SOCAN, la CSN, la FTQ et evenko font également partie du lot.

La pression monte

Cette montée aux barricades survient après plusieurs mois de vives critiques du milieu culturel québécois contre Ottawa. Dévoilée en septembre, la politique culturelle de Mélanie Joly, ministre du Patrimoine, a été la cible de nombreuses attaques. Son refus de taxer Netflix a été vivement dénoncé, puisqu’il crée une iniquité envers les services du genre au pays, comme Club illico et ICI Tou.tv Extra.

Même le gouvernement de Philippe Couillard a décrié cette exemption. En octobre, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a indiqué qu’il était prêt à imposer la TVQ au géant du streaming.

Au cours des dernières semaines, des intervenants de plusieurs horizons ont demandé au fédéral de revoir sa position, histoire que Netflix, mais aussi Google, Amazon, Facebook et autres Apple soient soumis aux mêmes règles que toutes les autres entreprises québécoises et canadiennes en matière de fiscalité.