/sports/others
Navigation

La Corée du Sud accepte d’accueillir les athlètes russes sous drapeau olympique

La Corée du Sud accepte d’accueillir les athlètes russes sous drapeau olympique
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les organisateurs sud-coréens des prochains jeux Olympiques d’hiver ont annoncé qu’ils acceptaient d’accueillir des athlètes russes sous drapeau olympique après la suspension de la Russie pour les JO de Pyeongchang (9-25 février 2018).

«Nous acceptons et respectons les décisions de la commission exécutive du CIO selon lesquelles la Russie peut participer à la compétition sous drapeau olympique», a déclaré le comité organisateur de Pyeongchang dans un communiqué.

«Nous travaillerons avec le CIO et tous les autres partenaires afin de permettre que tous les athlètes et les officiels participant à ces Jeux dans le cadre de cette équipe puissent avoir la meilleure expérience possible».

La commission exécutive du CIO a décidé pour la première fois de sanctionner tout un pays, la Russie, pour dopage, et de lui interdire l’accès à sa compétition de référence. L’instance suit ainsi, deux ans plus tard, la voie tracée par la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), qui avait suspendu la Fédération russe le 13 novembre 2015 après les révélations d’un dopage systématique couvert par les autorités russes dans la première discipline olympique, et offert la possibilité aux athlètes russes pouvant montrer patte blanche de participer sous la bannière olympique aux JO-2016 de Rio.

Elle a toutefois modéré cette décision en autorisant certains athlètes russes à participer, sous strictes conditions, à la compétition sous le drapeau olympique. Cette porte est ouverte «aux athlètes propres dans les sports individuels et collectifs», sous la bannière «Athlète olympique de Russie» (OAR), a commenté le président du CIO Thomas Bach.