/opinion/columnists
Navigation

Lisée fait couler le PQ

Coup d'oeil sur cet article

C’est une catastrophe. Il n’y a pas d’autres mots. Jean-François Lisée a pris la barre du Parti québécois il y a un peu plus d’un an et le bateau coule à pic.

Il faut le faire. Le chef péquiste a fait dégringoler son parti de 10 % dans les sondages depuis son arrivée.

Rien ne va plus

Tous les indicateurs sont au rouge. Mais il y a deux éléments qui traduisent parfaitement la profondeur de la fosse abyssale dans laquelle le PQ s’est enlisé. Tout d’abord, le faible pourcentage de gens qui voient en Lisée le meilleur premier ministre. À 9 %, il se retrouve à égalité avec les pelleteurs de nuages solidaires. Ça fait mal. Mais il y a encore pire.

Quand on sait à quel point le PLQ est fragilisé par la lassitude des électeurs de les voir au pouvoir, on peine à croire que les péquistes réussissent à moins bien faire qu’eux lorsqu’on demande quel parti représente le plus le changement. Une catastrophe que je vous dis.

En fait, le PQ est tellement mal en point que même Philippe Couillard souhaiterait que son adversaire fasse un peu mieux. Sans blague. Les libéraux n’ont pas intérêt à voir migrer le vote traditionnellement destiné au PQ vers la CAQ. Car ce n’est pas Québec solidaire qui bénéficie de la déroute péquiste, mais bien François Legault et sa bande.

Quitter le navire

Jean-François Lisée doit impérativement se ressaisir. Son one-man-show ne lève pas et il doit notamment faire plus de place à ses joueurs clés pour tenter de sauver la mise. Mais le veulent-ils vraiment ? Quand je vous disais que le navire coule à pic, il ne faut pas sous-estimer la volonté de certains à sauter par-dessus bord et laisser le capitaine sombrer. Jean-François Lisée doit se sentir bien seul.