/24m/urbanlife
Navigation

Pleins feux sur des bénévoles inspirants

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Ils ne comptent pas les heures et souhaitent à tout prix aider leur prochain. Le 24 Heures a rencontré quatre Montréalais inspirants qui n'hésitent pas à s’impliquer à l’occasion de la guignolée, même si les Québécois font moins de bénévolat que le reste des Canadiens selon l'Institut de la statistique du Québec.

 

Mathis Blanchette et Jeanne Breton: le bénévolat n’a pas d’âge

Jeanne Breton est depuis un an la présidente de la Société de Saint-Vincent de Paul de Verdun. Elle est accompagnée sur la photo de Mathis Blanchette, 13 ans, qui s'implique depuis deux ans auprès de l'organisme à l'occasion de la guignolée. Ils se trouvent dans le sous-sol de l'Église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs où sont triées les denrées.
Photo SARAH DAOUST-BRAUN
Jeanne Breton est depuis un an la présidente de la Société de Saint-Vincent de Paul de Verdun. Elle est accompagnée sur la photo de Mathis Blanchette, 13 ans, qui s'implique depuis deux ans auprès de l'organisme à l'occasion de la guignolée. Ils se trouvent dans le sous-sol de l'Église Notre-Dame-des-Sept-Douleurs où sont triées les denrées.

Le jeune Mathis Blanchette est l’un des rares garçons de son âge à s’impliquer à la Société de Saint-Vincent de Paul de Verdun. Il est un cas d’exception selon la présidente de l’organisme, Jeanne Breton, qui aimerait rallier pour la guignolée davantage d’adolescents comme lui.

Le jeune homme de 13 ans, qui étudie à l’école secondaire Monseigneur-Richard, s’est joint aux 200 bénévoles qui ont fait du porte-à-porte dans le secteur le 19 novembre pour récolter des denrées non périssables. «Ça m’a fait comprendre qu’on n’a pas besoin d’être payé pour être heureux», a expliqué celui qui fait aussi du bénévolat à l’hôpital de Verdun et à la Maison de l’environnement.

Le porte-à-porte a permis, cette année, d’amasser 20 000 $ et entre 500 et 600 boîtes de nourriture qui serviront à confectionner et distribuer 300 paniers de Noël le 18, 19 et 20 décembre, mais aussi à alimenter la banque alimentaire de l’organisme communautaire pendant plusieurs mois.

«L’entraide et le partage, ça ne se démodera jamais. Ça va toujours rester important en enrichissant pour tous», croit Jeanne Breton – présidente depuis un an de la Société – qui a été ébahie par l’élan de générosité des résidents de l’arrondissement... et de son petit protégé.

 

Normand Perrault: toujours fidèle au poste le 24 décembre

L'ancien policier de la SPVM Normand Perrault est bénévole auprès de l'organisme Jeunesse au Soleil depuis près de 25 ans. Il participe à la distribution des paniers de Noël avec sa famille et ses amis tous les 24 décembre.
Photo SARAH DAOUST-BRAUN
L'ancien policier de la SPVM Normand Perrault est bénévole auprès de l'organisme Jeunesse au Soleil depuis près de 25 ans. Il participe à la distribution des paniers de Noël avec sa famille et ses amis tous les 24 décembre.

La journée du 24 décembre est sacrée pour Normand Perrault, et ce, depuis près de 25 ans. Le retraité du Service de police de la Ville de Montréal distribue chaque année avec son entourage des paniers de Noël dans les locaux de Jeunesse au Soleil.

«Quand je rentre ici, je me sens vraiment chez moi», a lancé avec entrain l’homme qui aura bientôt 64 ans. Il a commencé à collaborer avec l’organisme au milieu des années 1980 dans le cadre de ses fonctions de sergent responsable des relations communautaires dans le secteur du Mile-End et d’Outremont.

L’ancien policier s’est impliqué réellement comme bénévole à partir de 1993, amenant son fils de 10 ans avec lui la veille de Noël, puis le reste de sa famille au fil du temps. Cette année, il sera au poste pour distribuer des paniers avec sa petite-fille de huit ans. «Je trouve cela important la transmission de ces valeurs. J’essaie d’enseigner ça bien humblement aux miens», a-t-il souligné.

 

Claude Roy: une tradition de père en fils

Claude Roy est président de la Société de Saint-Vincent de Paul du secteur Sault-au-Récollet qui comprend les points de service dans les arrondissements Villeray, Ahuntsic-Cartierville, Montréal-Nord, Saint-Léonard et Saint-Michel. Impliqué auprès de l'organisme depuis 35 ans, il se trouve sur la photo dans la banque alimentaire de l'église Saint-Grégoire-le-Grand où des denrées sont distribuées une fois par semaine.
Photo SARAH DAOUST-BRAUN
Claude Roy est président de la Société de Saint-Vincent de Paul du secteur Sault-au-Récollet qui comprend les points de service dans les arrondissements Villeray, Ahuntsic-Cartierville, Montréal-Nord, Saint-Léonard et Saint-Michel. Impliqué auprès de l'organisme depuis 35 ans, il se trouve sur la photo dans la banque alimentaire de l'église Saint-Grégoire-le-Grand où des denrées sont distribuées une fois par semaine.

Claude Roy a suivi les traces de son père et s’implique depuis 35 ans auprès de la Société de Saint-Vincent de Paul.

Dès l’âge de huit ans, il accompagnait son père ouvrier lors de visites à domicile auprès de personnes démunies, et depuis, sa volonté d’aider les autres ne l’a jamais quittée.

«C’est important pour moi, pour la dignité de la personne», a expliqué le président de la Société pour le secteur Sault-au-Récollet, qui couvre les arrondissements de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, Ahuntsic-Cartierville, Montréal-Nord et Saint-Léonard.

L’homme de 69 ans souhaite changer pour le mieux la vie de personne qu’il sert, allant jusqu'à aider les services sociaux pour prendre soin d'un bébé naissant dont la mère devait être hospitalisée pour une dépression post-partum. «Me faire dire merci, ça fait toujours ma journée», a raconté celui qui se fait reconnaître dans le métro.