/opinion/blogs/columnists
Navigation

Un mauvais message

New England Patriots v Buffalo Bills
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les nombreux partisans des Patriots au Québec seront déçus de le lire, mais la NFL l'a complètement échappé en donnant une minuscule tape sur les doigts de Rob Gronkowski pour son geste odieux et totalement antisportif à l'endroit du demi de coin Tre'Davious White, des Bills de Buffalo.

En écartant toute forme de partisanerie, même les plus mordus pourront difficilement éviter de reconnaître que le coup salaud du «Gronk» n'avait aucunement sa place. L'excellent ailier rapproché des Patriots s'en tire à bon compte avec une suspension d'un match. Il ratera ainsi la partie face aux Dolphins. Pour le duel au sommet face aux Steelers à la semaine 15, il sera au rendez-vous. Et c'est justement de rater un match comme celui-là qui aurait passé un message bien plus sérieux.

En bout de ligne, en y allant d'une punition aussi docile, la NFL envoie un signal déplorable. Un joueur peut décider de péter un plomb en s'attaquant directement à la tête d'un rival, avec un solide coup de coude. Le tout, quand le jeu est arrêté et que le rival en question se trouve déjà au sol et hors du terrain, de surcroît. Si un geste aussi inexplicable que délibéré ne vaut qu'un petit match de suspension, combien de têtes brûlées se laisseront aller à leur impulsivité dans le feu de l'action? Attention, je ne prétends pas ici que Gronkowski est une tête brûlée. Il n'a pas l'habitude de tels gestes et n'a rien d'un récidiviste en la matière. Il se comporte habituellement de manière professionnelle sur le terrain. Mais de là à invoquer la clémence pour un geste aussi dangereux, sous prétexte que Gronkowski n'est pas un récidiviste, laissez-moi rire. Ou pleurer, c'est selon.

Récemment, le demi de coin Aqib Talib (Broncos) et le receveur Michael Crabtree (Raiders) ont écopé de deux matchs de suspension (suspension ensuite réduite à un match) pour en être venus aux coups. Leur triste spectacle n'avait rien de chic, mais en quoi la frappe brutale de Gronkowski, qui a forcé White à passer par le protocole des commotions cérébrales, n'est pas davantage déplorée qu'un combat? Le plus navrant, c'est que Gronkowski a justifié ses actions en déplorant le fait qu'il est souvent retenu par les joueurs défensifs adverses, sans que les officiels sortent les mouchoirs. Même si on donnait le bénéfice du doute à Gronkowski, est-ce là une raison valable pour s'attaquer de la sorte à White? Vraiment?

La NFL se bat d'arrache-pied pour tenter de faire gober à ses millions de partisans que la sécurité de ses joueurs est une priorité capitale. Quand un joueur de la trempe de Gronkowski se rue directement sur la tête d'un adversaire et qu'il s'en sauve avec une petite réprimande, pensez-vous vraiment que les amateurs vont croire à la bonne foi de cette ligue? Une ligue qui, incidemment, s'est imposée au fil des ans comme tribunal en punissant sévèrement des joueurs et des équipes pour des incidents survenus hors du terrain. C'est bien de faire de la discipline pour nettoyer sa réputation hors des stades, mais encore faut-il se préoccuper de ce qui se passe sur le terrain.

Il est aussi permis de se demander quel rôle joue la réputation d'un joueur dans de tels incidents. Mettez la situation à l'inverse. Si c'est White, une recrue, qui frappe aussi délibérément Gronkowski, Tom Brady, ou tout autre joueur établi de n'importe quelle autre équipe... Combien de gens vont déchirer leur chemise? Et la ligue imposera quelle sanction?

Lors du match entre les Bengals et les Steelers lundi soir, d'autres incidents fâcheux sont survenus. Le receveur des Steelers JuJu Smith-Schuster a frappé dangereusement le secondeur Vontaze Burfict pour ensuite pavaner triomphalement au-dessus de lui. Imaginez l'inverse! Burfict, qui a eu son lot d'incidents douteux dans le passé, aurait fait la même chose à Smith-Schuster que la planète NFL serait sens dessus dessous.

La morale de l'histoire, ce n'est pas de condamner Gronkowski. Ni Smith-Schuster, d'ailleurs. C'est plutôt la NFL qui doit être pointée du doigt pour qu'elle cesse son laxisme sur de telles questions de sécurité. Oui, la ligue a mis en place des règlements et protocoles à cet effet, mais tant qu'elle ne condamnera pas davatage des gestes déplorables sur le terrain, ses intentions ne seront pas prises au sérieux. Et ce, peu importe la réputation et les antécédents des joueurs impliqués.