/sports/opinion/columnists
Navigation

Une coupe teintée rouge ou verte?

Après avoir gagné le championnat de l’Association de l’Est une deuxième année de suite, le Toronto FC est mûr pour gagner la coupe MLS.
Photo AFP Après avoir gagné le championnat de l’Association de l’Est une deuxième année de suite, le Toronto FC est mûr pour gagner la coupe MLS.

Coup d'oeil sur cet article

Dans n’importe quel sport, il est rare de se qualifier deux années de suite pour une grande finale. Il est d’autant plus rare que les deux mêmes équipes réussissent à se qualifier deux années consécutives.

Malgré tout, la finale du circuit Garber sera encore rouge et verte, samedi. Les Sounders auront l’occasion de soulever une deuxième coupe MLS de suite. Mais ça, c’est sans compter sur le Toronto FC, qui veut s’adjuger son premier triomphe et être la première équipe canadienne à se « rendre jusqu’au bout ».

Parce qu’il n’y a rien de plus crève-cœur que de perdre en finale, le TFC sera ultra motivé. En fait, l’ensemble de sa saison semble avoir été dédié à sa revanche. À la suite de la meilleure saison statistique de l’histoire de la ligue, le club de la Ville Reine est assurément favori.

Mais les Sounders sont des adversaires aguerris. Depuis leur entrée en MLS ils ont enchaîné les succès autant au guichet que sur le terrain.

Puisque c’est une finale, il y aura assurément beaucoup de stress de chaque côté. Malgré tout, il devrait y avoir un bon spectacle.

Les deux clubs donneront non seulement une bonne image de la ligue, mais aussi un bon show pour l’ensemble des spectateurs et téléspectateurs.

L’équipe de Bradley

Personnellement, je suis très heureux de voir ces deux clubs en finale. Simplement parce que, cette année, ils ont été parmi les deux meilleurs du championnat.

Est-ce que 2017 sera l’année de Toronto comme plusieurs l’anticipent ? Tout au long de la saison, les Reds ont dominé l’Association de l’est, la plus relevée de la MLS.

Toutefois, au cours des présentes séries éliminatoires et particulièrement contre le Crew de Columbus au tour précédent, le TFC a offert le minimum syndical sans plus. Avec un jeu sans grande conviction, les hommes de Greg Vanney ont gagné leur billet pour la finale.

En fait, je dirais même que dans les derniers mois de la saison, ils n’ont pas affiché le même niveau qu’en saison régulière.

Dans tout ça, Michael Bradley constitue l’exception. Le capitaine des Reds continue à offrir des performances de haut niveau au milieu de terrain. Jusqu’à présent, il a été essentiel dans le parcours des siens.

Mais on ne peut en dire autant de Sebastian Giovinco qui n’a pas offert en séries éliminatoires la constance escomptée.

Même si le TFC est le grand rival de l’Impact, je lui souhaite de soulever la Coupe, samedi. Au-delà de la rivalité, ce serait une bonne chose pour le soccer canadien.

Analyse des forces en présence

Je le répète, ce sont peut-être les deux équipes les plus talentueuses qui s’affrontent pour la Coupe MLS à Toronto.

De chaque côté, les gardiens ont connu des saisons solides, mais Seattle a l’avantage puisque Stefan Frei a l’expérience de ces grands rendez-vous. D’ailleurs, cet ex-TFC avait raflé le titre du joueur par excellence en finale l’an dernier.

Défensivement, je ne vois pas vraiment de différence entre les deux clubs, et au milieu il y aura, comme toujours, une grande bataille. Quelle ligne réussira le mieux à asseoir son jeu ? Ça devrait être la clé.

Mais, ultimement, ce sont les deux attaques qui devraient faire basculer le résultat. Laquelle réussira à trouver les trous dans la défense adverse ?

Avec les Jozy Altidore, Victor Vazquez, Giovinco, Clint Dempsey, Nicolas Lodeiro et j’en passe, on en sera quitte pour un grand spectacle.

À samedi.