/news/health
Navigation

Une orgie de produits sucrés, trop gras ou salés chaque jour

Coup d'oeil sur cet article

Les pizzas congelées, les céréales ou les pains commerciaux bourrés de sucre, de sel ou de gras représentent maintenant plus de la moitié des calories que l’on consomme chaque jour, selon une étude publiée aujourd’hui.

« C’est préoccupant, la qualité de notre diète se détériore », s’inquiète le Dr Jean-Claude Moubarac, auteur du rapport commandé par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC.

Les enfants de 9 à 13 ans sont même ceux qui consomment le plus de ces aliments hautement caloriques et peu nutritifs, appelés les aliments ultra-transformés. Ils en tirent 57 % de leurs calories quotidiennes. Pour les 2 à 8 ans, c’est 52 %.

« La jeune génération est exposée à ces produits dès l’âge de deux ans. Ils se développent à partir de ces produits, ils en voient partout, alors pour eux, c’est normal. Ce n’est pas étonnant que l’obésité et le diabète apparaissent de plus en plus jeune. La relation qu’ils établissent ainsi avec les aliments est inquiétante », déplore le Dr Moubarac, assistant-professeur en nutrition à l’Université de Montréal.

Trop de calories

Les produits ultra-transformés con­tiennent généralement deux fois plus de calories, trois fois plus de sucres et deux fois plus de sodium. Ils fournissent aussi beaucoup moins de protéines, de fibres, de vitamines et de minéraux que les autres produits de base ou peu transformés, explique Jean-Claude Moubarac.

L’apport calorique provenant d’aliments ultra-transformés a doublé en 70 ans, passant de 24 % des achats à 54 % aujourd’hui.

« Si on prend juste le déjeuner, on se rend compte qu’avec les céréales sucrées ou les pains commerciaux, on a déjà un apport important en produits ultra-transformés, alors que l’on croit que c’est adéquat comme repas le matin », explique Andréanne Martin, nutritionniste.

Pour renverser cette tendance, il faut revenir à une alimentation à partir de vrais aliments, insiste le Dr Moubarac.

Corinne Voyer, de la Coalition poids, croit que l’État doit aussi légiférer afin d’obliger les fabricants à proposer des produits plus sains.

« Le gouvernement doit subventionner les aliments que l’on veut revoir au quotidien dans notre assiette, car au bout de la ligne, c’est lui qui paie la facture dans le système de santé », conclut-elle.

Les 16 produits ultra-transformés qu’on consomme le plus au pays

Bacon

Photo Fotolia

 

Crème glacée

Photo Fotolia

 

Boissons sucrées

Photo Fotolia

 

Pizzas

Photo courtoisie

 

Margarine

Photo Fotolia

 

  • Hamburger
  • Bâtonnets de poisson
  • Sandwichs
  • Plats congelés
  • Pains emballés
  • Lait au chocolat
  • Yogourt aromatisé
  • Saucisses
  • Céréales sucrées
  • Soupes en conserve
  • Collations et céréales pour bébé