/news/society
Navigation

10 choses à savoir sur La grande guignolée des médias

10 choses à savoir sur La grande guignolée des médias
Photo d'archives Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

La collecte extérieure de La grande guignolée des médias est de retour pour une 17e édition consécutive.

Jeudi, des milliers de bénévoles récolteront les dons de la population dans divers points de collecte partout à travers le Québec. Voici 10 choses à savoir sur cet événement devenu incontournable à l’approche des Fêtes.

  1. Une centaine de médias (télé, imprimés, radio, web) prennent part à l’activité.
  2. Une somme de 3,2 millions $ a été obtenue l’année dernière. Depuis sa création, l’événement a recueilli 34 millions $, sans compter les milliers de tonnes de denrées non périssables offertes en dons.
  3. Quelque 300 000 personnes ont été aidées en 2016 grâce à tous ces dons.
  4. À Montréal, trois organismes sont obtiennent de l’appui : Moisson Montréal, Jeunesse au Soleil et la Société Saint-Vincent de Paul (SSVP). Sur la Rive-Sud de Montréal, les dons seront versés à une quarantaine d’organismes et, à Laval, ils iront à la SSVP et à Moisson Laval.
  5. Chaque région fonctionne indépendamment ; ce qui est recueilli dans une région y reste.
  6. Neuf porte-parole connus, séparés en trois équipes, circuleront dans les médias et les points de collecte pour encourager les bénévoles et solliciter les dons. Une trentaine de points de collecte seront répartis sur l’île de Montréal avec plus de 500 bénévoles.
  7. Les dons par texto sont les bienvenus. Textez Noël Mtl (ou Rsud ou Laval ou encore Estrie, Ltides, Saglac) au 2022 pour un don de 5 $.
  8. Au Québec, la pauvreté est, malheureusement, un phénomène bien réel. Tous les mois, plus de 170 000 personnes différentes utilisent les banques alimentaires, dont 58 000 enfants.
  9. En 2016, 1,4 million de repas et de collations ont été servis par les popotes roulantes.
  10. Dans le courant de l’année, 46,2 % des banques alimentaires ont manqué de denrées. De ce nombre, 47,6 % ont dû en donner moins et 7,5 % ont renvoyé des gens chez eux.