/world/middleeast
Navigation

21 civils tués par des « frappes russes » dans l’Est de la Syrie

Coup d'oeil sur cet article

BEYROUTH | Des raids aériens russes ont tué dans la nuit de mardi à mercredi au moins 21 civils, dont neuf enfants dans une localité de l’Est syrien encore tenue par le groupe État islamique (EI), a rapporté une ONG.

« Les civils ont péri dans ces frappes qui ont touché des immeubles résidentiels dans la localité d’al-Jerzi », dans la province de Deir Ezzor (est), où l’EI ne contrôle plus qu’une poignée de localités, a indiqué à l’AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les frappes des avions russes comme ceux de la coalition internationale dirigée par Washington ont souvent provoqué de lourds bilans parmi les civils au cours de leurs opérations contre l’EI, soutient cette ONG qui dispose d’un large réseau de correspondants dans le pays.

La localité d’al-Jerzi se situe à l’est du fleuve Euphrate, qui coupe la province pétrolière en deux.

Autrefois un des principaux fiefs de l’EI en Syrie, cette province est visée depuis l’été par deux offensives distinctes: l’une menée par les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes et appuyées par Washington, l’autre par l’armée syrienne et soutenue par la Russie.

Moscou, allié indéfectible du régime, a toutefois indiqué lundi que son aviation avait effectué des dizaines de missions de soutien à des milices kurdes des FDS dans l’Est syrien, affirmant que la région serait bientôt libérée des jihadistes.

Il n’était pas clair si les frappes sur al-Jezri étaient en soutien à l’armée syrienne ou aux FDS. Les FDS opèrent à l’est du fleuve, l’armée syrienne à l’ouest.

Dimanche, la principale milice kurde en Syrie a annoncé la fin de sa bataille contre l’EI dans la province de Deir Ezzor, assurant avoir chassé les jihadistes de sa zone d’opérations.

D’après l’OSDH, l’EI contrôle encore 8 % de la province, contre la quasi-totalité il y a quelques mois.

Trois ans après avoir conquis de vastes territoires en Syrie et en Irak, l’EI a vu son « califat » s’effondrer à la suite de multiples offensives le visant dans les deux pays voisins.