/finance/opinion/columnists
Navigation

À quand la correction boursière?

Coup d'oeil sur cet article

Le Dow Jones est en hausse de 22 % depuis le début de l’année. Le baromètre de la Bourse de New York a explosé de 275 % depuis le mémorable creux de la crise financière de 2008-2009, soit le 9 mars 2009. Et tous les autres indices américains sont également gonflés à bloc.

Avec les énormes gains engrangés cette année, Wall Street est en pleine euphorie. Mais attention ! Plus la bulle boursière va se gonfler, plus sévère sera la correction ! Le problème avec cette vérité de La Palice ? Impossible de savoir quand la folle escalade de Wall Street prendra fin.

RÉFORME FISCALE

C’est l’adoption probable du fameux projet de loi de réforme fiscale de l’administration de Donald Trump qui alimente en grande partie la hausse boursière de cette année. Comme on sait, cette réforme vise notamment à réduire l’actuel taux d’imposition des sociétés de 35 % à seulement 20 %.

On comprend qu’une si forte réduction de la facture fiscale des sociétés qui ont pignon sur rue aux États-Unis aura pour effet de gonfler les bénéfices nets, tout en permettant aux entreprises d’investir davantage dans l’économie américaine.

Ajoutez à cela l’autre volet de la réforme fiscale, soit la réduction du taux d’imposition des particuliers, et vous vous retrouvez avec une incroyable masse d’argent neuf pouvant être réinvestie aux États-Unis.

NOUVELLE ESCOMPTÉE

Cela dit, la forte progression des grands indices américains depuis le début de l’année, dont 27 % pour le NASDAQ et 18 % pour le S&P 500, escompte en bonne partie l’adoption prochaine de la réforme fiscale.

Au niveau actuel des indices, le potentiel d’une autre progression sensible pour Wall Street reste forcément faible.

Malheureusement pour nous, au Canada, et ce, malgré son maigre gain d’à peine 4 % depuis le début de l’année, la Bourse canadienne n’en est pas moins vulnérable advenant une sévère correction de Wall Street.

Fait à souligner : lundi, le Dow Jones a franchi en matinée un autre record historique, à 25 534 points. Entre son « haut » du matin et la fermeture, l’indice a chuté de 254 points. Hier, la chute s’est poursuivie, avec un autre recul de 109 points. C’est faible comme recul, mais on sent néanmoins que les investisseurs sont extrêmement craintifs.

QUE FAIRE ?

Si vous êtes présentement peu exposé à la Bourse, gardez le statu quo. Ce n’est sûrement pas le temps de commencer à investir massivement en bourse. Attendez la correction. Plus la correction sera forte, plus l’occasion d’entrer dans le marché boursier sera pertinente.

Si, au contraire, vous êtes très exposé en bourse, vous pourriez protéger vos arrières en vendant une partie des actions qui ont fortement monté. Concernant les actions détenues à l’extérieur du REER ou du FERR, je vous rappelle que seulement la moitié des gains en capital est assujettie à l’impôt. Si vous détenez des fonds communs d’actions, il est évident qu’ils ont suivi la hausse boursière.

Les gestionnaires de ces fonds sont pleinement conscients de l’actuelle dangerosité boursière et, par conséquent, ils peuvent utiliser des stratégies en vue de protéger une partie des acquis.

Avant de procéder à la revente ou au rachat de parts de fonds communs, il est important de vérifier les frais que l’on aura à payer. D’une famille de fonds à une autre, les frais peuvent varier sensiblement.