/sports/fighting
Navigation

Elbiali serait venu à Montréal

Ahmed Elbiali est honoré d’avoir l’occasion de se mesurer à Jean Pascal.
Photo Mathieu Boulay Ahmed Elbiali est honoré d’avoir l’occasion de se mesurer à Jean Pascal.

Coup d'oeil sur cet article

MIAMI | À moins de 48 heures du gala, on cherche toujours à comprendre les raisons pour lesquelles Jean Pascal a décidé de disputer un combat à Miami. Pourtant, son adversaire, Ahmed Elbiali, était prêt à venir se battre à Montréal.

C’est ce que l’Égyptien de souche (16-0, 13 K.-O.) a indiqué durant un entretien avec Le Journal de Montréal mercredi matin, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue sans la présence de Pascal (31-5-1, 18 K.-O.).

« J’aurais accepté volontiers de venir affronter Pascal sur son terrain, a souligné Elbiali. Ça m’aurait fait plaisir d’aller à Montréal qui est une très belle ville.

Toutefois, il n’en a jamais été question. On m’a proposé ce combat et je n’ai pas eu mon mot à dire pendant les négociations. »

Après sa victoire contre Christopher Booker en juillet dernier, son gérant lui avait promis « un gros nom de la division des mi-lourds s’il faisait son boulot pour son prochain combat ».

« On ne m’a pas confirmé son identité avant quelques semaines, a-t-il ajouté. J’étais très heureux de voir que c’était Jean Pascal, qui est un ancien champion du monde. C’est un honneur pour moi de me battre contre un gars de ce calibre. »

Feu d’artifice ?

Elbiali n’a jamais fait dans la dentelle depuis ses débuts chez les professionnels après une carrière amateur dans la catégorie des poids lourds. Il cogne dur, mais son efficacité est parfois déficiente.

Contre Pascal, je vais m’adapter selon le déroulement du combat, a confié le pugiliste de 27 ans. Je ne viserai pas nécessairement le knock-out, car tout ce qui m’importe, c’est de l’emporter.

« J’ai des choses à prouver et je me suis entraîné dans l’objectif de livrer une grande performance. »

Elbiali a un style un peu kamikaze et il a tendance à laisser sa défensive au vestiaire.

« J’apporte de l’action dans le ring et je crois que ça sera excitant. J’aime mettre la pression sur mes adversaires et lancer des coups de puissance. La boxe, c’est fait pour être divertissant. »

Pour poursuivre son ascension, il sait que Pascal est la clé pour l’obtention de combats d’envergure. S’il échoue, il devra revoir ses plans d’avenir.