/world/europe
Navigation

La Russie ne boycottera pas les Jeux olympiques de 2018, annonce Poutine

Le président russe, Vladimir Poutine
PHOTO D'ARCHIVES, AFP Le président russe, Vladimir Poutine

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | La Russie, suspendue pour dopage par le CIO pour les JO-2018 à Pyeongchang (9-25 février), est de loin la nation majeure du dopage aux jeux Olympiques, comme le révèlent les chiffres des cas recensés dans l’histoire des Jeux.

Depuis la dislocation de l’URSS en 1991, 330 cas de dopage ont touché les différents Jeux d’été et d’hiver, dont 96 concernent des athlètes russes (29% du total) selon un décompte de l’AFP.

Sur ce plan, la Russie se place loin devant les autres pays les plus touchés, le Bélarus (27 cas), l’Ukraine (23), la Turquie (16), les États-Unis (15) et le Kazakhstan (13).

Conséquence de ces cas de dopage, les Russes se sont vu retirer 47 médailles olympiques, dont 12 en or, soit plus d’un tiers du total (129) des médailles perdues sur la période.

Là encore, la Russie devance largement les autres nations, le Bélarus ayant perdu 11 médailles (dont 2 titres), les États-Unis 10 (6 titres), le Kazakhstan 9 (5 titres) et l’Ukraine 9 (1 titre).

Dopage institutionnalisé entre 2011 et 2015 

Les chiffres sont particulièrement alarmants entre 2011 et 2015, période au cours de laquelle un dopage institutionnalisé a été mis en place en Russie avec l’implication du ministère des Sports, des autorités antidopage russes et des Services secrets (FSB), selon le rapport du juriste canadien Richard McLaren, commandé par l’Agence mondiale antidopage (AMA).

Les deux commissions Oswald et Schmid, mises en place par le CIO, ont confirmé ces conclusions.

On recense 39 cas de dopage russes aux Jeux de Londres en 2012, la plupart révélés depuis 2016 et une vague de réanalyse des échantillons d’athlètes par le CIO.

Pour les JO-2014 de Sotchi, 25 cas de dopage russes ont été révélés ces dernières semaines par la commission Oswald, qui conduit également de nouvelles analyses.

Cela représente 64 cas de dopage en deux olympiades, sur les 140 enregistrés pour l’ensemble des nations.

La Russie s’est déjà vu retirer 13 médailles pour Londres (dont 4 titres) et 11 pour Sotchi (4 titres), soit plus de la moitié des médailles retirées à l’ensemble des participants à ces deux éditions des Jeux (40).