/misc
Navigation

Labourer le jardin de la CAQ

Periode des questions
Photo Simon Clark Philippe Couillard s’empresse de couper l’herbe sous le pied de la CAQ.

Coup d'oeil sur cet article

Baisse d’impôt, réduction de taxes, Philippe Couillard et son équipe s’empressent de donner aux Québécois, avant la pause des Fêtes, ce que la CAQ laisse miroiter depuis des mois.

C’est clair, les stratèges libéraux veulent que les rassemblements familiaux des Fêtes soient propices aux discussions rassurantes.

Les échanges entre beaux-frères autour du buffet pourraient ressembler à ceci :

– « Le gouvernement libéral, tu parles d’une gang de vautours, ils ont financé des baisses d’impôt en coupant en santé, en éducation, puis en haussant des tarifs. »

– « Oui, mais, là, en plus de baisser l’impôt puis nous envoyer des chèques pour la rentrée, ils vont baisser notre taxe scolaire de plusieurs centaines de dollars. »

Les priorités de fin d’année ont été revues afin que le gouvernement puisse envoyer le signal d’une importante baisse de taxes scolaires pour tous dès maintenant.

Un projet de loi sera présenté par le ministre Sébastien Proulx cette semaine et les Québécois pourront mesurer l’effet bénéfique dans leurs poches.

La présentation du plan de lutte à la pauvreté de François Blais, elle, serait reportée au début 2018.

PRÉVUE ?

Le porte-parole péquiste Nicolas Marceau a fait remarquer que les 600 millions $ requis pour accorder ce cadeau supplémentaire ne se retrouvaient nulle part dans la mise à jour économique présentée il y a deux semaines, laissant entendre qu’on précipite une annonce improvisée.

Piqué au vif, possiblement parce que la vérité choque, le manitou des Finances Carlos Leitao a répliqué que tout serait inscrit dans le prochain budget au printemps.

Les stratèges libéraux s’efforcent de tirer un par un les brins d’herbe verdoyants caquistes pouvant séduire l’électorat.

TONUS DE COUILLARD

Ils se sont aussi attaqués au ton de Philippe Couillard.

On raconte que le premier ministre était en colère après que tous les observateurs eurent signalé à quel point il avait paru amorphe lors de l’important discours du remaniement ministériel.

On lui aurait fait gober trop d’informations, à la dernière minute, qu’il a débitées sans inspiration.

Comme si ça ne lui tentait pas vraiment d’être là.

Or, selon nos informations, il a passé pas moins de cinq heures à travailler la livraison de ses deux discours du congrès du parti à Québec.

On le surveille aussi afin qu’il démontre « plus d’entrain » dans ses échanges à l’Assemblée nationale.

Bref, rien n’est ménagé pour que le gouvernement libéral renverse la tendance et conserve les circonscriptions clés de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

Le dernier sondage Léger montre une avance colossale de la CAQ dans la région de Québec. Elle mènerait avec 48 pour cent d’appuis contre 18 pour cent seulement pour le PLQ.

Les libéraux sont incrédules devant ces chiffres, qui ont toutefois leur effet.

Ce n’est pas pour rien que des vétérans députés comme André Drolet et Raymond Bernier songent soudainement à leur avenir...