/opinion/columnists
Navigation

Les larmes sélectives de Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

J’ai grandi à Montréal dans un quartier ouvrier du joli nom de Saint-Michel. Un quartier également multiethnique jusque dans sa fibre. Ce quartier, je l’ai beaucoup aimé. Il a ouvert mes horizons, m’a fait connaître d’autres cultures et d’autres langues.

À travers mes amitiés, il m’a aussi fait comprendre à quel point immigrer, quitter son pays pour un autre, exige dans les faits une résilience peu commune.

Lorsque j’ai appris que les huit membres de la famille Lawrence seraient expulsés du Canada à cause du refus du gouvernement fédéral de leur accorder le statut de réfugiés, ces souvenirs me sont revenus en tête.

Cinq ans déjà

À travers les reportages du Journal, nous avions pourtant découvert une famille forte, travaillante et déterminée à s’intégrer au Québec. Venue du Sri Lanka et vivant à Montréal depuis cinq ans déjà, elle pouvait enfin rêver grand. Leur fille Leony entendait même faire sa médecine pour devenir oncologue et sauver des vies. Sauver des vies ici.

Mais rien n’a fait bouger le fédéral. Ni les appuis offerts à la famille par toutes les familles politiques réunies. Ni même les certificats de sélection émis par le ministre québécois de l’Immigration.

Le plus choquant

De toute évidence, les larmes du premier ministre Justin Trudeau n’ont pas coulé pour la famille Lawrence. À ceux et celles qui triment dur pour s’intégrer pleinement à la société québécoise, apprendre le français et y contribuer de tout leur cœur et pour toute une vie, le message est dévastateur.

Le plus choquant dans cette histoire surréaliste est que ce même message vient d’un gouvernement et d’un premier ministre qui, sur toutes les tribunes, internationales et nationales, se targuent d’être des parangons d’ouverture, de tolérance et d’accueil.

Or, pour la famille Lawrence, c’est un rendez-vous scandaleusement raté avec leur avenir parmi nous.