/investigations
Navigation

Revenu Québec accusé d’avoir camouflé des cas de harcèlement

Coup d'oeil sur cet article

L’Agence du revenu du Québec (ARQ) a cherché à camoufler un cas de harcèlement psychologique à caractère sexuel commis par l’ex-conjoint d’une ministre du gouvernement, soutient le Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ).

L’auteur des gestes reprochés était jusqu’à récemment en relation avec la ministre du Travail Dominique Vien. Début janvier, cette dernière a d’ailleurs mis fin à sa relation lorsqu’elle a appris les faits, a pu confirmer notre Bureau d’enquête.

Le SFPQ a déposé des griefs d’abus de «droit de gérance» et de «tentative de camouflage». Il refuse d’identifier la victime.

Partout, y compris au gouvernement, «tout ce qu’on entend, c’est dénoncez, dites ce qui s’est passé, parlez-en autour de vous, libérez-vous de ça. Revenu Québec, lui, tente de noyer le poisson», déplore le président du syndicat, Christian Daigle.

Dédommagement

Le syndicat compte obtenir un dédommagement pour l’ex-employée de l’ARQ victime, qui était son supérieur hiérarchique au moment des faits.

En octobre 2016, la plaignante a déposé une dénonciation en règle au programme d’aide aux employés.

Mais aux yeux du syndicat, la direction de ARQ a opté pour un «obscurantisme» peu commun dans le traitement de ce type de plainte.

La plaignante a dû signer une entente de confidentialité en l’absence d’un représentant syndical. L’employeur lui a suggéré de partir en congé d’invalidité. À son retour deux semaines plus tard, elle a été retirée de son milieu de travail sous ce qu’elle a qualifié de «faux prétexte», «pour ne pas éveiller les soupçons de ses collègues».

L’Agence du revenu se défend

L’Agence du revenu du Québec se défend d’avoir cherché à étouffer le cas et soutient avoir appliqué ses directives, lesquelles comprennent des mesures de confidentialité.

«Le statut ou la fonction d’une personne n’influence pas le processus», a de plus souligné l’ARQ dans un courriel à notre Bureau d’enquête. Sortir la victime du milieu de travail pour ne plus qu’elle ait de contact avec son harceleur avait pour but d’éviter que la situation se reproduise, plaide l’ARQ.

C’est une firme externe embauchée par l’ARQ qui a conclu au bien-fondé de la plainte. L’employeur refuse de remettre une copie du rapport à la victime et son syndicat. De plus, il exige un mutisme complet de la plaignante. Le syndicat dénonce cette politique du silence qui a selon lui pour effet d’empêcher d’autres femmes qui auraient pu être aussi victimes de se manifester.