/news/politics
Navigation

Bois d’œuvre: nouvelle décision américaine contre le Canada

Bois d’œuvre: nouvelle décision américaine contre le Canada
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Commission américaine internationale pour le commerce (USITC) a tranché jeudi que les importations de bois d’œuvre canadiens portent préjudice à leurs concurrents américains.

Les représentants de l’agence américaine ont voté pour déterminer que le bois d’œuvre canadien est bel et bien subventionné et vendu aux États-Unis à un prix moindre que sa valeur réelle sur le marché, peut-on lire dans un communiqué publié jeudi.

Ce résultat confirme la légitimité de l’imposition des droits antidumping et compensateurs punitifs sur les importations de bois d’œuvre du Canada, selon l'agence. Les détails de cette décision seront connus plus tard.

Le Canada inquiet

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, n’a pas tardé à réagir.

«Comme nous en avons parlé tout au long de ce différend, l’imposition par les États-Unis de droits antidumping et compensateurs punitifs sur le bois d’œuvre résineux canadien est injustifiée et inquiétante.

L’imposition de ces droits est néfaste pour le Canada et pour les consommateurs de bois d’œuvre aux États-Unis», a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

«L’industrie forestière canadienne permet de conserver de bons emplois de la classe moyenne dans l’ensemble du pays, y compris dans les collectivités rurales et autochtones, indique-t-elle. Le gouvernement du Canada poursuivra ses efforts pour défendre vigoureusement notre industrie, les travailleurs et les collectivités contre les mesures commerciales protectionnistes.

Pour le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), il s’agit d’une décision qui fait abstraction de la réalité. «Nous sommes consternés par cette décision qui fait totalement abstraction de la réalité, a déclaré le PDG Denis Lebel. Comment peut-on parler de préjudice alors que les compagnies américaines n'ont jamais été aussi rentables et qu'elles ne parviennent pas à répondre à la demande du marché américain ? Cette position deviendra rapidement impossible à défendre dans le contexte actuel.»

Rappelons que le Canada a entamé le mois passé un recours pour tenter de faire annuler les droits compensateurs déjà imposés par le département du Commerce américain sur le bois d’œuvre. Il a également déposé une contestation devant l’Organisation mondiale du commerce à ce sujet.

Au début du mois de novembre, le département du Commerce a imposé des droits compensatoires moyens de près de 21 % aux producteurs de bois d'œuvre canadiens. Les droits imposés sont moins élevés que la surtaxe moyenne préliminaire de 27 % imposée le printemps dernier.