/opinion/columnists
Navigation

La bataille des juridictions

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec voulait garder Léony Pavithra, cette Québécoise d’adoption bien intentionnée qui voulait faire sa vie chez nous et poursuivre de brillantes études en français. Mais c’est Ottawa, le maître. Cette fois, le pasteur Trudeau n’a pas pleuré. Dehors, la petite ! Ouste !

Ce même Trudeau, il n’y a pas deux ans, annulait l’expulsion vers son pays d’origine de l’ex-bandit Dany Villanueva, jugeant celle-ci « contraire aux droits de la personne ». Et son gouvernement applaudissait Zunera Ishaq qui prêtait serment de citoyenneté le visage voilé...

L’expulsion de Léony, honteuse pour nous, odieuse pour Ottawa, nous rappelle, avec des élections québécoises imminentes, l’importance du dossier constitutionnel. Qui a la juridiction de l’immigration ? Deux capitales se la disputent. Le Québec doit en réclamer la mainmise. Oui, ça mérite de rouvrir le dossier constitutionnel pour exiger la maîtrise de l’immigration.

Chassée

On a beau dire que la petite Léony est retournée chez elle au Sri Lanka, en réalité, elle était déjà chez elle chez nous. Ce Journal l’a surnommée l’« immigrante parfaite » tellement son parcours était impeccable. Elle a eu à cœur d’apprendre le français et la culture. Nous lui avons décerné un « certificat d’acceptation du Québec » dont Ottawa se moque bien. Couillard ne pouvait que plier l’échine devant la domination du fédéral.

Nous avons tout avantage à intégrer l’immigration pour nous renforcer, Ottawa a tout avantage à utiliser celle-ci pour nous affaiblir. Pensons aux milliers d’« acheteurs de citoyenneté » qui arrivent ici avec 300 000 $ ou plus dans une valise et qui se foutent éperdument du Québec.

Une farce

Comme quoi la reconnaissance de la nation québécoise n’aura été qu’une farce ! Le Québec a les mains liées. Est-ce qu’un des partis politiques aux prochaines élections osera faire de la question de l’immigration l’un des enjeux centraux ? C’est à souhaiter.

À souhaiter aussi : que les soutiens à Léony Pavithra ne baissent pas les bras et qu’à force d’insister ils finissent pas permettre à la jeune femme exemplaire de revenir.