/news/society
Navigation

La débâcle du SPVM

FD-PICHET-SPVM
Photo Agence QMI, Maxime Deland Philippe Pichet
Chef suspendu du SPVM

Coup d'oeil sur cet article

Depuis les révélations de notre Bureau d’enquête en février dernier sur les façons de faire troublantes des affaires internes de la police de Montréal, plusieurs hauts gradés ont été suspendus pour diverses allégations. Retour sur l’affaire en 8 dates.

21 février

Premier reportage de notre Bureau d’enquête et de l’émission J.E. qui rapportait les témoignages d’ex-officiers et enquêteurs ayant accusé leurs collègues des affaires internes d’avoir fabriqué des preuves pour se débarrasser d’eux ou les faire taire.

28 février

La Division des affaires internes du SPVM s’était vu retirer toutes ses enquêtes jusqu’à nouvel ordre. Ces dossiers sont dorénavant confiés à la Sûreté du Québec et à quatre autres corps policiers.

3 mars

Le chef du SPVM Philippe Pichet suspend son directeur adjoint Bernard Lamothe, en raison de nouvelles allégations potentiellement criminelles faisant l’objet d’une enquête par la SQ.

22 mars

L’inspecteur Martin Renaud et le commandant Pascal Leclair sont relevés de leurs fonctions en raison d’allégations criminelles qui pèsent sur eux. Ils ont tous deux été blanchis.

15 mai

Le commandant de l’escouade Éclipse Patrice Vilceus est suspendu pour une durée indéterminée en raison d’informations transmises par la Sûreté du Québec.

31 août

C’est au tour de l’ex-patron des affaires internes au SPVM Costa Labos d’être relevé de ses fonctions, lui aussi en raison d’allégations criminelles. L’inspecteur-chef avait fait l’objet d’une autre enquête pas plus tard qu’en 2016 par la SQ.

27 octobre

Le chef de cabinet de Philippe Pichet, Imad Sawaya, est suspendu, soupçonné de fraude et d’abus de confiance. La veille, la SQ a mené cinq perquisitions dans les locaux du SPVM, une situation qui était déjà hors-norme.

6 décembre

Nommé chef en 2015, Philippe Pichet a vu son règne entaché par plusieurs controverses et il est suspendu avec salaire.