/news/education
Navigation

L'idée du prof qui n'en pouvait plus des «Sa va» répandue dans tout le pays

 Émile-Olivier Desgens, du Service des communications du Cégep de Rivière-du-Loup, Guy Brémond, illustrateur, Benoit Dumais, enseignant, et Jérémie Bouchard, du Service des communications, n’en peuvent plus des fautes de français.
Émile-Olivier Desgens, du Service des communications du Cégep de Rivière-du-Loup, Guy Brémond, illustrateur, Benoit Dumais, enseignant, et Jérémie Bouchard, du Service des communications, n’en peuvent plus des fautes de français.

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-DU-LOUP | L’idée d’un enseignant en français de créer des affiches humoristiques soulignant les erreurs communes de français de ses étudiants a suscité l’intérêt de milliers de personnes, et ses affiches se retrouvent maintenant dans des écoles partout au pays.

L’enseignant du Cégep de Rivière-du-Loup Benoit Dumais n’en pouvait plus de voir ses étudiants écrire des « Sa va », « héro » ou « mourrir » sur les réseaux sociaux. Il a placardé les murs du cégep d’affiches présentant des règles de français de base, sur un ton humoristique.

Son initiative, dont a fait état Le Journal la semaine dernière, a ensuite fait le tour de la province et au-delà, puisque des écoles francophones de la Saskatchewan, du Nouveau-Brunswick et de l’Ontario les utilisent maintenant.

C’est sans compter les dizaines de cégeps, écoles secondaires et primaires du Québec qui ont emboîté le pas. Même des entreprises ont suivi le mouvement.

« On s’était dit quand on a fait cette campagne que si on pouvait la diffuser à l’extérieur, ce serait tant mieux. Avec le rayonnement que ç’a eu, on ne peut pas demander mieux », a indiqué Jérémie Bouchard, du Service des communications du Cégep de Rivière-du-Loup.

Applaudi en classe

L’enseignant a reçu des dizaines de courriels de professeurs, de professeurs retraités, d’amoureux de la langue française et de représentants de commissions scolaires et de cégeps, qui le félicitaient pour sa bonne idée. « On ne pensait jamais qu’il y aurait une telle réaction », a-t-il déclaré.

Même ses étudiants l’ont applaudi en classe au lendemain de la grande médiatisation de la campagne de promotion du français.

Les demandes fusent maintenant de partout et plus de 2000 personnes ont visité la page internet où il est possible de télécharger les affiches gratuitement, un nombre inhabituel de visites pour le site du Cégep du Bas-Saint-Laurent.

Lorsqu’elle a créé les affiches, l’équipe des communications souhaitait que l’initiative soit reprise, mais ne s’attendait pas à un tel impact. « C’est un rayonnement exceptionnel de savoir que les gens associent le cégep à l’importance de la qualité du français. L’objectif premier n’était pas le recrutement, mais si ça suscite l’intérêt, tant mieux si ça se convertit en inscriptions », a dit Jérémie Bouchard.

Il se dit toutefois réaliste en affirmant que le facteur numéro un pour choisir un cégep, c’est la proximité. « Mais si on peut rentrer la “marque” Cégep de Rivière-du-Loup dans certaines têtes, c’est un plus », ajoute-t-il.

Groupe Morneau

L’entreprise de transport Groupe Morneau, basée dans le Bas-Saint-Laurent, a décidé de placarder sous peu ses murs d’affiches du cégep. « Ces illustrations sont des outils parfaits pour souligner les difficultés de la langue française avec humour et permettre à nos collaborateurs d’apprendre et s’améliorer », a souligné Jimmy Lévesque, directeur de comptes pour Groupe Morneau.