/finance
Navigation

Montréal et Gatineau, moteurs de l’immobilier

Le portrait est plus sombre dans les autres régions

À Montréal, les ventes de copropriétés qui ont mené le bal, avec une hausse de 16 %.
Photo d'archives, Agence QMI À Montréal, les ventes de copropriétés qui ont mené le bal, avec une hausse de 16 %.

Coup d'oeil sur cet article

Les villes de Montréal et de Gatineau tirent le marché immobilier à la hausse, alors que le portrait est plus sombre dans les autres régions du Québec, selon les dernières données de la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ).

Comme l’a révélé Le Journal jeudi, presque tous les indicateurs sont au vert au Québec. Les ventes résidentielles « vont au-delà de toutes les attentes » avec une hausse de 6 % des ventes en 2017 par rapport à 2016, selon la FCIQ.

À Montréal, ce sont les ventes de copropriétés qui ont mené le bal, avec une hausse record de + 16 % en 2017 par rapport à 2016. Les unifamiliales et les « plex » ont aussi bien fait avec + 3 % et + 6 % respectivement.

Le marché immobilier gatinois fait belle figure avec une hausse des ventes de + 6 % en 2017 et une baisse des inscriptions de – 10 %. Le prix médian des unifamiliales est en hausse de + 4 %, à 243 000 $, et le prix médian des copropriétés a augmenté de + 2 %, à 160 000 $. Fait intéressant, c’est dans cette région que les délais de vente sont les plus courts, avec une moyenne de 84 jours.

Mais les autres régions tirent de la patte. Les ventes ont augmenté de 2 % à Québec, mais le marché « demeure à l’avantage des acheteurs », dit la FCIQ. Le marché de Trois-Rivières stagne, à + 1 %, alors que Saguenay et Sherbrooke enregistrent des baisses de leurs ventes de – 2 %.

Marché national

L’embellie du marché immobilier québécois est telle que la quantité de résidences disponibles diminue à grande vitesse.

Le nombre d’inscriptions de nouvelles propriétés sur le marché est en diminution pour une deuxième année de suite, de – 9 % par rapport à 2016, passant de 77 757 à 70 850 propriétés disponibles.

Aussi, le prix médian des maisons unifamiliales, à 243 500 $, connaît sa plus forte croissance en 6 ans, à + 3,8 %. Autre bon indicateur, le délai de vente tous, types de propriétés confondus, estimé à 114 jours, en baisse de 7 jours par rapport à 2016, est au plus bas depuis 7 ans.

Croissance des ventes de propriétés entre 2016 et 2017*

  • Montréal : +7%
  • Gatineau : +6%
  • Québec : +2%
  • Trois-Rivières : +1%
  • Sherbrooke : -2%
  • Saguenay : -2%