/sports/opinion/columnists
Navigation

Pêcher gratuitement en hiver

La pêche blanche est une activité hivernale très agréable à pratiquer en famille. Les jeunes peuvent profiter pleinement de la nature et capturer de belles prises.
Photo Courtoisie La pêche blanche est une activité hivernale très agréable à pratiquer en famille. Les jeunes peuvent profiter pleinement de la nature et capturer de belles prises.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le 1er décembre, il est possible de pêcher sur la glace gratuitement dans la majorité des zones de pêche, à l’exception de quatre. Cette décision s’inscrit dans le cadre du plan de développement de la pêche sportive que le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a mis de l’avant pour les cinq prochaines années.

Hormis les zones 17-22-23 et 24, partout ailleurs, il est maintenant possible de pêcher sans avoir en main un permis de pêche provincial.

« En accordant cette permission spéciale, le ministre prouve qu’il croit en la valeur économique de la pêche hivernale et qu’il pense aussi à la relève, affirme le directeur général de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Alain Cossette. Cette mesure spéciale vise à stimuler l’intérêt de la population pour la pêche blanche. C’est une belle activité à pratiquer en famille, sans avoir de contrainte d’embarcations ou autres. Pour notre organisation, c’est une façon de contrer les effets néfastes de l’interdiction d’utilisation des poissons-appâts vivants dès cet hiver. »

On craignait beaucoup que sans une mesure comme celle annoncée sur la gratuité, les répercussions soient très négatives sur l’industrie de la pêche hivernale et tout ce qui s’y rattache.

RESPECTER LA RÉGLEMENTATION

Même si le permis n’est pas nécessaire pour pêcher, il faut se rappeler que le respect de la réglementation en vigueur pour la pratique de l’activité doit se faire à chacune des sorties de pêche.

Ainsi, comme le mentionne la loi, il faut respecter le nombre de lignes permises et le nombre d’hameçons par ligne. Pour les zones 7 et 8, on parle de 10 lignes, alors que pour toutes les autres, le maximum est de 5 lignes. De plus, en tout temps, le pêcheur a l’obligation de toujours garder ses lignes sous surveillance constante. Pour connaître la réglementation, il suffit de vous rendre sur le site www.mffp.gouv.qc.ca/publications/enligne/faune/reglementation-peche/index.asp. Pour en savoir plus sur la nouvelle mesure, vous pouvez aussi vous rendre au www.mffp.gouv.qc.ca/peche-hivernale-nouvelle-mesure-pour-soutenir-developpement-releve.

PROJETS SPÉCIAUX

Cette nouvelle mesure annoncée par le ministre arrive à point pour la FédéCP qui a lancé cette année son programme de Bourses Relève entièrement dédié à la pêche hivernale. Cela signifie que plusieurs associations membres de la fédération vont présenter des projets qui auront lieu un peu partout au Québec, toujours dans le but de créer une relève. Le MFFP a aidé la fondation de la fédération, Héritage faune, pour qu’elle développe ce nouveau programme, en lui remettant une subvention pouvant atteindre jusqu’à 49 000 $.

L’un des objectifs de cette bourse est d’encourager et de soutenir le développement d’une offre de services et d’activités variées autour d’événements de pêche d’hiver, dans le but d’intéresser les familles et les non-initiés à cette activité. La pêche blanche se pratique depuis des générations au Québec.

Il est certain qu’en offrant la gratuité pour la pratique de la pêche jusqu’au 31 mars prochain, le ministre ouvre une porte très intéressante pour les petites familles qui cherchent à vivre des expériences en hiver. Pour les gens qui ont acheté leur permis de pêche annuel en début de saison, mentionnons qu’il n’y aura pas de remboursement, selon le MFFP.

PÊCHE EN HERBE HIVERNALE

Cet hiver, plus de 2300 jeunes seront initiés à la pêche blanche dans le cadre des activités organisées du Programme Pêche en Herbe de la Fondation de la faune, en collaboration avec son partenaire principal, Canadian Tire. Depuis le début de ce programme, plus de 287 000 jeunes ont été initiés à la pêche. Pour cet hiver, la Fondation fournira le matériel nécessaire à 34 organismes, provenant de 16 régions du Québec, pour la tenue d’une activité de pêche sur la glace. Pour connaître les projets retenus et les sites des activités, vous pouvez vous rendre sur le site www.fondationdelafaune.qc.ca, sous l’onglet Liste des projets acceptés à l’hiver 2018. Vous pouvez aussi téléphoner au 418 644-7926.

SOUPER HÉRITAGE FAUNE

Grâce à la générosité de plus de 300 convives qui ont participé au 18e souper-bénéfice de la fondation Héritage faune, le 17 novembre dernier, qui se tenait à Québec sous la présidence d’honneur de M. Serge Larivière, plus de 88 000 $ ont été amassés. Tous les profits seront redistribués aux associations chasse et pêche membres de la fédération qui œuvrent auprès de la relève afin de favoriser la pérennité des activités de chasse et de pêche. Lors de cette soirée, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette, a offert 2000 $ pour la cause. Au cours des 18 dernières années, plus de 1,3 million de dollars ont été remis aux associations, permettant la mise en œuvre de plus de 1400 projets.

OUVERT À L’ANNÉE

À partir de l’hiver 2018-2019, le Parc national des Hautes-Gorges-de-la-Rivière-Malbaie sera ouvert à l’année avec la Vallée des Glaces. Cette annonce arrive après de nombreuses années d’attente pour le milieu. Il faut mentionner que dès sa création, les autorités avaient promis qu’il serait ouvert à l’année, ce qui n’était pas encore le cas. Parmi les travaux totalisant 9,2 millions de dollars, une somme de 3,4 millions $ sera consacrée à l’électrification du parc. La nouvelle ligne alimentera divers bâtiments de service et les 10 nouveaux chalets qui seront construits pour la somme de 2,750 millions de dollars. Pour en savoir plus : www.sepaq.com.