/sports/fighting
Navigation

Ramon Aguinaga s’impose face à Shakeel Phinn

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Shakeel Phinn a tout laissé dans le ring jeudi soir, au Casino de Montréal, mais ce ne fut pas suffisant pour vaincre le Mexicain Ramon Aguinaga en finale du gala de boxe du Groupe Yvon Michel.

Au terme d’un combat de huit rounds âprement disputé, Aguinaga (12-0-0, 8 K.-O.) l’a emporté par décision majoritaire face à Phinn (16-2-0, 11 K.-O.). Si le champion canadien chez les super-moyens a porté les coups les plus durs, c’est toutefois le Mexicain, quatre fois champion national amateur, qui a dominé au volume.

«C’était lui le meilleur ce soir. Mes coups, mon jab, n’étaient pas bien. Ses combinaisons étaient efficaces et son "timing" était bon. J’ai trouvé le mien [le "timing"] à la fin du combat», a commenté Phinn, qui était invaincu à ses 15 derniers combats. Avec cette défaite, le pugiliste de Brossard devra encore faire ses preuves avant d’obtenir un combat pour un titre nord-américain.

En demi-finale, le Trifluvien Mikaël Zewski (29-1-0, 22 K.-O.) a infligé une première défaite par K.-O. technique à Martin Enrique Escobar (17-4-1, 14 K.-O.) chez les super mi-moyens. Après avoir encaissé quelques solides droites au corps en début de combat, l’Argentin a finalement rendu les armes au deuxième round.

«Les coups portaient bien. Je voyais que les coups étaient francs et qu’ils lui faisaient mal. Je le voyais dans son visage, il faisait des petites grimaces. Dans mon dernier combat, j’ai beaucoup visé le K.-O.

J’ai paru correct sans plus. Là, le plan de match c’était de m’amuser et c’est exactement ce que j’ai fait», a lancé le Québécois de 28 ans, qui a bien su profiter de la taille de son adversaire.

«Je ne m’attendais pas à ce qu’il soit si petit. La plus grande et la plus belle ouverture que j’avais, c’était vraiment au corps. J’ai envoyé un excellent uppercut au corps et je pense que ç'a paru ce soir.»

Et de 10 pour Dicaire

Marie-Eve Dicaire (10-0-0, 0 K.-O.) a signé sa 10e victoire chez les professionnelles. Dans une reprise du combat qui a eu lieu en décembre 2016 au Casino de Montréal, l’athlète de Saint-Eustache a de nouveau vaincu la Mexicaine Paty Ramirez (11-5-0, 5 K.-O.) par décision unanime.

«Je ne pense pas que ç'a été serré dans la mesure où j’ai été en contrôle tout au long du combat. Mais ça reste une fille qui est dans le top 10 mondial», a lancé la Québécoise de 31 ans qui évolue chez les super mi-moyens.

«Contre une adversaire de qualité comme ça, chaque geste compte et chaque erreur, je me la fais payer. J’ai dû utiliser ma tête et mes aptitudes. Mais des combats avec de l’adversité comme ça, j’en ai de besoin pour progresser et c’est ce que j’ai eu ce soir.»

Autres combats

C’est la Montréalaise Jessica Camara (3-0-0, 0 K.-O.) qui a lancé la soirée avec une victoire par décision unanime face à la Mexicaine Giovanna Gonzalez (3-2-0, 1 K.-O.) chez les mi-moyens.

Terry Osias (2-0-0, 0 K.-O.), de Longueuil, s’est ensuite imposé par décision unanime devant Mitch Boudreau (0-4-0, 0 K.-O.), de Bathurst au Nouveau-Brunswick, chez les mi-lourds.

Louisbert Altidor (6-2-0, 2 K.-O.), également de Longueuil, a envoyé le Mexicain Victor Manuel Palacios (16-16-3, 8 K.-O.) au tapis dès le deuxième round dans un combat chez les super-moyens.