/entertainment/opinion/columnists
Navigation

La bêtise tue

Coup d'oeil sur cet article

Eh misère. Avez-vous vu la nouvelle que Le Devoir a sortie hier ?

« Le Théâtre du Trident à Québec a reçu une amende du ministère de la Santé parce qu’une comédienne fumait la cigarette dans sa dernière production. Sous le choc, le théâtre juge le geste “démesuré”. »

« Le Théâtre a reçu un constat d’infraction et une amende de 682 $ pour avoir “toléré qu’une personne fume dans un endroit où il est interdit de le faire”. »

Est-ce qu’il va falloir donner des cours de théâtre aux fonctionnaires du ministère de la Santé pour qu’ils comprennent que les comédiens sur scène « font semblant » ? Quand une actrice en grille une sur scène, c’est parce que ça fait partie de son personnage ! Pas parce qu’elle fait une pub pour les Craven A !

Dieu, que cette époque puritaine me tombe sur les nerfs.

LE VRAI MONDE

Hier, j’ai parlé avec la directrice du Trident. Elle était encore estomaquée de cette histoire digne de Kafka. On ne me fera pas croire que les spectateurs du Trident ont été incommodés par la fumée d’une cigarette qui a brûlé pendant moins de trois minutes, pendant une pièce qui dure une heure et demie sans entracte.

Je ne peux pas croire qu’un spectateur se soit plaint d’un malheureux effluve de tabac.

Quand je pense qu’en France, on parle d’interdire la cigarette au cinéma depuis qu’une sénatrice a accusé le 7e art de faire la promotion du tabagisme !

L’art est là pour nous montrer des êtres humains dans toute leur complexité, qui fument, sacrent (comme Gilbert Sicotte), boivent, s’aiment, se détestent, s’unissent, se trahissent, s’engueulent, se tapent dessus, posent des gestes répréhensibles ou sauvent des vies.

L’art est là pour nous montrer l’être humain dans ce qu’il a de plus noble et de plus vil.

À force de vouloir tout aseptiser, on ne verra sur scène que des gens parfaits qui mangent de la salade de quinoa, font du yoga, portent des chaussettes avec des feuilles d’érable, bref des profs de théâtre qui deviennent premiers ministres.

Ça va être quoi la prochaine interdiction ? Un spectateur va se plaindre qu’on aperçoit un sein dans un spectacle de danse et La Ligue de La Vertu va venir faire une descente ?

Oui, la cigarette tue. Mais la bêtise aussi tue. À petit feu.

OÙ SONT LES HOMMES ?

Dans un tout autre ordre d’idées, je voulais saluer le magazine TIME qui a choisi comme « personnalité de l’année 2017 » les briseurs de silence qui ont dénoncé les agissements des prédateurs sexuels.

Mais si je peux me permettre d’émettre un bémol, j’aurais bien aimé que le TIME ne mette pas que des femmes à la une.

Après tout, une des histoires qui a le plus fait jaser, c’est celle de Kevin Spacey, qui incarne Frank Underwood dans House of Cards. Or, ses victimes présumées... sont des hommes.

Imaginez comme le message aurait été fort si TIME avait montré que la violence sexuelle touche les hommes et les femmes.

Si L’actualité faisait sa une avec les histoires d’inconduite sexuelle, j’espère qu’on y verrait autant les victimes présumées de Rozon que celles d’Éric Salvail.

Sinon, les hommes victimes devraient lancer un mouvement : #nousaussionexiste.