/news/currentevents
Navigation

Les agents du SPVM ne voient aucun problème à la venue d'un haut gradé de la SQ

Coup d'oeil sur cet article

Des policiers de Montréal ne voient pas de problème à ce qu’un haut gradé de la Sûreté du Québec vienne faire le ménage dans leur corps de police.

Le Journal a rencontré une dizaine d’agents pour recueillir leurs commentaires concernant les récents changements à la direction du SPVM ; ils ont tous requis l’anonymat en raison du climat de travail actuel.

« Les rivalités avec la SQ, c’est aux enquêtes que ça se passe. Entre patrouilleurs, on collabore bien généralement », soutient un policier.

Selon les policiers consultés, l’arrivée de Martin Prud’homme comme directeur par intérim aura peu d’impact dans l’immédiat.

« C’est au-dessus de nos têtes tout cela. Sur le terrain, je ne vois pas ce que ça changera », glisse un autre patrouilleur.

« On verra c’est quoi son plan [pour assainir le climat de travail] », ajoute-t-il.

En attente

Tous s’entendent pour dire que l’ambiance de suspicion vécue présentement provenait essentiellement du manque de contrôle aux Affaires internes.

« Il ne pourra pas tout changer du jour au lendemain. Il faut attendre, être patients », croit un agent.

Si M. Prud’homme a communiqué par courriel avec ses nouveaux policiers en soirée mercredi, ceux qui ont témoigné veulent en savoir davantage sur ses intentions avant de porter un jugement définitif.

« On n’a pas assez d’informations sur ce qu’il veut faire [pour s’inquiéter]. On va laisser la chance au coureur », mentionne un dernier policier.