/sports/hockey/canadien
Navigation

Les petits détails...

Coup d'oeil sur cet article

À l’image de la rencontre de mardi, perdue aux mains des Blues de Saint Louis, Claude Julien n’était pas insatisfait de la tenue de ses joueurs à l’issue de cette deuxième défaite consécutive.

«Ce ne fut pas un mauvais match de leur part, a déclaré d’entrée de jeu l’entraîneur en chef du Canadien. Mais, par contre, les... petits détails ont fait la différence et nous ont coûté la rencontre.

«Il faut notamment remporter plus de batailles le long des rampes et aussi devant notre filet, a-t-il poursuivi. Nos adversaires ont été meilleurs que nous à ce chapitre. Il y a des choses qu’on doit améliorer pour éviter de laisser des rondelles libres un peu partout sur la patinoire.»

Message clair à Galchenuyk

Par ailleurs, Julien a été bref et peu loquace quand on lui a posé la question sur le temps d’utilisation d’Alex Galchenuyk, dont il n’a manifestement pas aimé la contribution contre les Flames.

L’attaquant russe n’a pas été vu très souvent en troisième période et avec un temps de jeu inférieur à dix minutes, il a été le joueur le moins sollicité du Canadien pendant la rencontre.

«Un joueur doit faire plus que seulement marquer des buts, a-t-il dit de Galchenyuk. Ça s’applique pour tout le monde. Il doit mieux jouer sans la rondelle, s’impliquer davantage. Il n’était pas efficace le long des rampes et j’ai pris la décision de... raccourcir mon banc.»

Un effort d’équipe

De tous les joueurs du Canadien, seulement deux, Charles Hudon et Byron Froese, n’ont pas obtenu de tirs au but contre le gardien David Rittich. Toujours intense, Brendan Gallagher aura été le meilleur avec cinq des 37 tirs de son équipe.

Max Pacioretty en a récolté deux, mais ce ne fut pas suffisant pour sortir de sa léthargie, lui qui n’a qu’un seul but à ses 12 derniers matchs.

Julien s’est toutefois efforcé de venir à la défense de son capitaine.

«Je pense, a-t-il relaté, qu’il a encore une fois bien joué. Il s’est impliqué et a obtenu une passe sur notre deuxième but...»

Julien, enfin, n’a pas voulu jeter le blâme sur Phillip Danault, qui n’a pu revenir à temps pour épauler ses deux coéquipiers en prolongation, ce qui a mené au but gagnant de Johnny Gaudreau.

«Il ne faut pas montrer du doigt un seul joueur, a conclu Julien. Je ne blâme personne.»