/news/politics
Navigation

Jean-François Lisée évoque un « territoire du Parti québécois non cédé »

Jean-François Lisée évoque un « territoire du Parti québécois non cédé »
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée a qualifié la circonscription de Gouin de « territoire non cédé » par son parti, en présentant le candidat qui y défendra les couleurs péquistes aux prochaines élections. Ces propos ont créé un certain malaise, notamment auprès de l’actuel député de l’endroit Gabriel Nadeau-Dubois.

« Nous sommes ici dans un territoire du Parti Québécois non cédé », a laissé tomber M. Lisée, hier, alors qu’il présentait l’entrepreneur social Olivier Gignac à titre de candidat dans Gouin.

« C’est très maladroit comme formulation. Quand on parle de territoire non cédé, habituellement, on parle du génocide autochtone, du fait que les autochtones ont été chassés de leurs terres ancestrales. Faire de l’humour avec ça, je trouve ça particulier », a réagi le co-porte-parole de Québec Solidaire, lorsque mis au courant des déclarations de M. Lisée par Le Journal.

« Et deuxièmement, les comtés n’appartiennent à personne. Ils appartiennent aux gens qui y vivent et les gens vont voter en 2018 en fonction de la meilleure candidature », a ajouté l’ancien leader étudiant.

Une lourde tâche

Ces propos ont porté ombrage à la présentation de l’entrepreneur social Olivier Gignac comme candidat du Parti québécois dans la circonscription de Gouin au prochain scrutin provincial. Celui-ci aura donc la loure de tâche de se frotter à Gabriel Nadeau-Dubois en octobre 2018.

Le jeune député solidaire, élu à l’occasion d’une élection partielle en mai dernier, avait récolté une écrasante majorité de plus de 69%. Le PQ avait préféré ne pas présenter de candidat, dans l’espoir d’en venir à un rapprochement avec la formation politique de gauche.

Âgé de 32 ans, Olivier Gignac est détenteur d'un baccalauréat en communication et d'une maîtrise en administration. Il est actuellement président du conseil d'administration de Magnéto et a collaboré au Chantier de l'économie sociale, peut-on lire sur sa page Facebook.

Prononçant un discours afin de présenter l’investiture de son candidat, Jean-François Lisée en a profité pour décocher quelques flèches à l’endroit de Gabriel Nadeau-Dubois.

« Gabriel n’a pas livré la marchandise. Il a échoué à livrer sa plus grande promesse, c’est-à-dire d’unir les forces souverainistes », a lancé M. Lisée.

Le principal intéressé a répondu à son homologue péquiste quelques minutes après que les membres d’Option nationale aient avalisé la fusion avec QS.

« Je pense que M. Lisée se confond, parce que la fusion avec Option nationale a fonctionné. C’était ça mon engagement quand je me suis lancé en politique : de procéder à une réconciliation entre les deux partis qui étaient clairement indépendantiste et progressiste au Québec », a-t-il rétorqué.

Avec la collaboration de l’Agence QMI