/news/currentevents
Navigation

Le Kathryn Spirit sera décontaminé en janvier

Le navire contenant notamment du mazout et de l’amiante est échoué sur les rives de Beauharnois depuis 2011

Un remblai de protection a été installé autour du Kathryn Spirit afin de le garder stable et de prévenir la contamination de l’eau du lac Saint-Louis.
Photo Axel Marchand-Lamothe Un remblai de protection a été installé autour du Kathryn Spirit afin de le garder stable et de prévenir la contamination de l’eau du lac Saint-Louis.

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau maire de Beauharnois reste prudent avant de célébrer le début du démantèlement du navire Kathryn Spirit, échoué en bordure de la municipalité depuis 2011.

Selon l’échéancier présenté lundi, l’entreprise qui a obtenu le contrat fédéral d’une valeur de 11 millions $, Excavation René St-Pierre inc. associée à Englobe Corp., amorcera le retrait des matières dangereuses en janvier avant de commencer les travaux de découpage de la carcasse.

« Je n’ose pas encore être convaincu, mais nous sommes sur la bonne voie, a dit Bruno Tremblay, élu maire en novembre. Il y aura certainement d’autres surprises au fur et à mesure que le démantèlement se fera. »

S’il se dit soulagé des derniers développements, M. Tremblay rappelle que la saga a traîné en longueur, malgré les nombreux appels à l’aide de son prédécesseur.

Matières dangereuses

Actuellement isolée du lac Saint-Louis par un bassin de roches et un muret d’acier construit en 2016, l’épave demeure un risque environnemental important. L’opération s’annonce délicate puisque le Kathryn Spirit contient de nombreux contaminants comme du mazout, de l’amiante et des BPC.

Des travaux ont lieu présentement pour bétonner les entrées d’eau du navire et faciliter l’accès à certains compartiments submergés. Ensuite, les travailleurs pourront aller à l’intérieur pour retirer les liquides et les équipements contaminés.

Selon Martin Blouin, surintendant des interventions environnementales pour la Garde côtière canadienne, les investigations actuelles permettront d’établir les procédures de retrait du remblai, phase cruciale vers le retour à la normale.

Qualité de l’eau

« On ne veut pas que des sédiments déjà contaminés se soulèvent et se propagent dans le lac Saint-Louis », affirme-t-il.

Le terrain sera échantillonné une fois le découpage complété, en août ou en septembre. Puis, le remblai de protection pourra être enlevé.

Le maire Tremblay ajoute avoir reçu des garanties que des tests de qualité de l’eau seront réalisés en continu. Si tout se déroule comme prévu, la réhabilitation du site, incluse au contrat octroyé par le gouvernement, pourra aller de l’avant jusqu’à l’automne 2019.

« L’entreprise est entièrement responsable de la réalisation des travaux dans les temps », conclut M. Blouin.