/entertainment/tv
Navigation

Fugueuse, une série bien loin des clichés

Michelle Allen raconte l’histoire d’une jeune fille sous l’emprise d’un proxénète

L’auteure Michelle Allen.
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean L’auteure Michelle Allen.

Coup d'oeil sur cet article

Il aurait été facile de bourrer Fugueuse de clichés. Cette histoire d’adolescente en fuite qui tombe sous l’emprise d’un proxénète sentait le stéréotype à plein nez. Mais Michelle Allen est sortie des sentiers battus, écrivant ainsi une série aussi réussie que troublante.

Les deux premiers épisodes laissent présager un drame en plusieurs nuances de gris. Contrairement aux préjugés souvent véhiculés, le personnage principal, Fanny (Ludivine Reding), n’est pas une enfant à problème trimballée de centres jeunesse en centres jeunesse. C’est une fille de banlieue de 16 ans bien ordinaire, débrouillarde et dégourdie, mais influençable. Ses parents (Lynda Johnson et Claude Legault) sont stricts, mais aimants. Et ses amis sont juste assez rebelles.

Lynda Johnson et Claude Legault jouent les parents de Fanny.
Photo Agence QMI, Dario Ayala
Lynda Johnson et Claude Legault jouent les parents de Fanny.

Bref, sa situation n’a rien d’exceptionnel.

Quant à Damien (Jean-François Ruel), le pimp qu’elle rencontre lors d’une fête bien arrosée en ville, il s’agit d’un chanteur de hip-hop qui semble rouler sur l’or. On est loin des gangs de rue de Montréal-Nord.

Fugueuse commence doucement. Et c’est tant mieux. Car pour dépeindre avec réalisme la descente aux enfers d’une ado de bonne famille, on devait éviter de brûler les étapes en envoyant la pauvre au fond du baril après une seule pause publicitaire.

Fanny (Ludivine Reding) et son frère (Mathias Couture) en pleine discussion.
Photo courtoisie
Fanny (Ludivine Reding) et son frère (Mathias Couture) en pleine discussion.

Michelle Allen place ses pions lentement, mais sûrement, au même rythme que Damien tisse sa toile pour piéger Fanny. Certaines situations manquent un peu de vraisemblance, mais grâce au talent des comédiens, on reste accroché.

Révélation

Parlant des interprètes, la révélation de Fugueuse sera assurément Ludivine Reding. L’actrice de 20 ans, qu’on a connue en 2014 dans La théorie du K.O., propose un jeu tout en finesse qui devrait lui permettre d’obtenir une nomination aux Gémeaux. Charismatique, elle campe une héroïne qui reste attachante malgré sa propension à faire des choix discutables.

Ses jeunes partenaires de scènes, Camille Felton, Laurence Latreille (qui ressemble furieusement à Geneviève Rochette, sa mère dans l’émission) et Madani Tall, sont également fort convaincants. Enfin, mention spéciale à Lynda Johnson (O’, Rumeurs), particulièrement touchante en mère qui hésite entre cajoler et discipliner sa fille qui rêve d’émancipation.

Après Pour Sarah

Avec Fugueuse, TVA tente de reproduire le succès de Pour Sarah : même auteure (Michelle Allen), même réalisateur (Éric Tessier), même producteur (Encore Télévision) et même format (une saison unique). Seul le sujet a changé. Au lieu de vouloir conscientiser les jeunes aux dangers de conduire en état d’ébriété, on vise à prévenir l’exploitation sexuelle des adolescentes.

En raison du thème abordé, Fugueuse comportera plusieurs séquences sensibles, avertit TVA. Le second épisode renfermait d’ailleurs quelques scènes de nudité. Ces dernières n’étaient toutefois pas racoleuses, ce qui augure bien pour la suite.


♦ Fugueuse sera présenté à TVA à partir du lundi 8 janvier à 21 h.