/news/currentevents
Navigation

Alcool au volant: 45 week-ends derrière les barreaux pour une mère de famille qui a blessé deux femmes

Alcool au volant: 45 week-ends derrière les barreaux pour une mère de famille qui a blessé deux femmes
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

SHERBROOKE – À Sherbrooke, une conductrice de 34 ans a été condamnée mercredi à purger 45 week-ends en prison ainsi qu’à une interdiction de conduite de deux ans.

Mélissa Villeneuve a causé des blessures à Chantal Gagnon et à sa mère dans la nuit du 9 décembre 2016 lors d’un accident survenu sur la rue Providence, dans l'est de Sherbrooke.

Coupable de deux chefs de conduite avec les capacités affaiblies causant des lésions, l'accusée avait, au moment des événements, un taux d'alcoolémie de .184, soit un peu plus du double de la limite permise.

Mme Gagnon, sa mère et d'autres proches revenaient de voyage cette nuit-là. La famille avait requis les services d'une aéronavette pour les transporter. La fourgonnette venait tout juste de s'immobiliser dans l'entrée de cour et Chantal Gagnon avait eu le temps d'en descendre quand l'accident s'est produit.

Avec son véhicule complètement enneigé, à la sortie d'une courbe, Mélissa Villeneuve a empiété sur le terrain de la résidence pour effleurer la jambe de Mme Gagnon et ensuite frapper le côté de la fourgonnette.

À la suite de l'impact, la mère de Mme Gagnon, Jocelyne Turcotte, qui se trouvait debout, a été heurtée par la porte de la fourgonnette et projetée au sol sur plusieurs mètres. Les victimes ont été chanceuses malgré tout, subissant des contusions et des hématomes, mais aucune fracture.

Blessée à une jambe, Chantal Gagnon a dû se déplacer à l'aide d'une canne pendant six mois. Mais au-delà des maux physiques, sa mère et elle disent vivre avec les séquelles du choc post-traumatique et le sentiment d'insécurité en découlant.

Mélissa Villeneuve est mère de deux enfants, dont un en bas âge. En instance de séparation, elle n'a personne pour s'occuper de ses jeunes, sinon elle aurait écopé d'une peine d'emprisonnement ferme.

La juge a donc décidé de la condamner à 90 jours de prison, une peine que la femme pourra purger les week-ends. Elle devra de plus accomplir 240 heures de travaux communautaires. Une interdiction de conduire lui a par ailleurs été imposée pour une période de deux ans.

Sensibiliser les conducteurs

Chantal Gagnon a tenu à partager ce qu'elle a vécu pour sensibiliser les conducteurs en cette période de l'année relativement aux dangers de prendre le volant après avoir consommé de l'alcool. Elle considère que sa mère et elle auraient très bien pu trouver la mort il y a un an, en raison du manque de jugement dont l'accusée a fait preuve.