/sports/fighting
Navigation

«Je veux lui arracher la tête» – David Lemieux

Le boxeur québécois n’a pas l’intention de faire dans la dentelle contre Billy Joe Saunders samedi à Laval

SPO
Photo Martin Alarie David Lemieux (à droite) ne s’est pas laissé déconcentrer par le regard de son adversaire Billy Joe Saunders.

Coup d'oeil sur cet article

On s’attendait à des envolées verbales de première qualité entre David Lemieux et le champion WBO Billy Joe Saunders, jeudi midi, à l’occasion de leur dernière conférence de presse. Toutefois, la déclaration la plus percutante est venue du Québécois dans les minutes suivant son face-à-face avec Saunders.

Après avoir répondu à quelques questions sur Saunders, sa stratégie et ses habiletés techniques, Lemieux (38-3, 33 K.-O.) a été cinglant lors de celle posée par le représentant du Journal de Montréal.

« Afin de prouver une fois pour toutes que tu n’es pas simplement un cogneur, mais aussi un excellent boxeur, est-ce que tu aimerais l’emporter en déclassant Saunders sur le plan technique ? », a demandé l’auteur de ces lignes.

La réponse de Lemieux ne s’est pas fait attendre.

« Je ne veux pas l’outboxer. Je veux lui arracher la tête », a-t-il déclaré avec un sourire.

Pour atteindre son objectif, il sait qu’il devra être méthodique. S’il fonce sans réfléchir, il pourrait se retrouver dans le pétrin, et son entraîneur Marc Ramsay en a tenu compte dans sa préparation.

Du côté du clan Saunders, on a encore mentionné qu’ils n’affrontaient pas un boxeur, mais seulement un cogneur.

« À l’heure actuelle, je vois ce combat comme un 50-50, a souligné l’entraîneur Dominic Ingle. Je prévois qu’on verra un duel entre un taureau et un toréador dans le ring de la Place Bell samedi. David frappe avec puissance, mais B.J. sait boxer et on le verra.

« J’ai bien aimé le discours de Bernard Hopkins au sujet du fait que c’est le dernier combat d’importance de 2017. Ce sera justement la fin du chapitre de David Lemieux. »

Un pari audacieux

Comme on le sait, Saunders n’est pas attaché à la valeur de l’argent. Durant la conférence de presse, il a mentionné qu’il était prêt à parier 500 000 livres (860 000 $ canadiens) sur sa victoire contre Lemieux.

Le perdant de l’affrontement devrait alors verser cette somme à une œuvre de charité. « Je suis prêt à m’engager dans ce pari, car c’est pour démontrer à quel point je suis persuadé de l’emporter samedi », a indiqué Saunders.

On a déjà vu ce type de pari entre Jean Pascal et Sergey Kovalev il y a quelques années, mais on n’a jamais su si le perdant avait vraiment honoré sa dette. On peut le voir surtout comme un coup de marketing de la part de Saunders.

► À moins de 48 heures de la présentation de son gala, le promoteur Camille Estephan a encore bon espoir de remplir la Place Bell. Il n’a pas voulu divulguer de chiffres, mais on peut penser qu’il a vendu plus de 7000 des 8900 billets qui sont disponibles. Dans le contexte actuel de la boxe, on peut déjà dire que c’est un succès.

► La pesée aura lieu vendredi à 12 h 30 à la Place Bell. La perte de poids de Lemieux va bien et son entraîneur Marc Ramsay n’entrevoit pas de problème à ce que son poulain respecte la limite de poids de 160 lb.

Dans le calepin...

  • On connaît maintenant l’identité de l’arbitre et des juges pour la finale de samedi. Sans surprise, c’est Michael Griffin qui sera responsable de l’action entre les câbles. Gerardo Martinez (Porto Rico), Phil Edwards (Angleterre) et Benoit Roussel (Québec) seront les juges en devoir.
  • Antoine Douglas, qui fera les frais de la demi-finale du gala de samedi contre Gary O’Sullivan, est passé bien près d’affronter David Lemieux. Il représentait le plan B si les négociations avec Billy Joe Saunders achoppaient.
  • Daniel Jacobs, l’un des boxeurs les plus dangereux de la division des poids moyens, sera aux abords du ring pour le combat Lemieux-Saunders. On peut penser qu’il aimerait lancer un défi au gagnant à la fin du gala. Sa carrière a repris du poil de la bête depuis qu’il a joint les rangs de l’écurie d’Eddie Hearns.
  • Pendant ce temps, en France, Christian M’Billi (8-0, 8 K.-O.) et Oscar Rivas (22-0, 16 K.-O.) ont enregistré des victoires lors d’un gala présenté à Levallois-Perret. Le Français l’a emporté contre le Polonais Robert Swierzbinski par knock-out au 5e round. Quant à Rivas, il a signé un triomphe par décision unanime (98-92 x 3) contre Gabriel Enguema alors qu’il était ennuyé par des symptômes de la grippe.
  • Selon plusieurs sites spécialisés, le WBC serait sur le point d’autoriser le combat entre Adonis Stevenson et Badou Jack. Pendant ce temps, Eleider Alvarez, qui passerait son tour pour une énième fois, se mesurerait à l’Ukrainien Oleksandr Gvozdyk (14-0, 12 K.-O.) alors que son titre d’aspirant obligatoire serait à nouveau à l’enjeu. Si Alvarez ne reçoit pas une somme d’argent importante pour laisser à nouveau sa place, il se ferait passer un sapin. Pour ce qui est du WBC, le président Mauricio Sulaiman a prouvé, encore une fois, que sa parole ne vaut rien.