/sports/opinion/columnists
Navigation

Lemieux, mais ce sera très dur

David Lemieux respirait la confiance lors de la pesée, hier.
Photo Martin Alarie David Lemieux respirait la confiance lors de la pesée, hier.

Coup d'oeil sur cet article

Billy Joe Saunders devrait moins s’inquiéter de David Lemieux à 160 livres du vendredi et se préoccuper davantage du David Lemieux de 180 livres du samedi », a lancé Marc Ramsay en quittant la scène de la pesée hier.

C’est rare que je voie Marc Ramsay dans cet état la veille d’un combat. Mais il est évident que Billy Joe Saunders et sa bande ont réussi à lui donner de l’urticaire.

Ramsay, à vrai dire, en avait plein les baskets de ce comportement de voyous.

Quant à David Lemieux, comme le rapporte Mathieu Boulay, on le sentait à fleur de peau. Je ne pense pas qu’il ait autant détesté un adversaire de toute sa carrière.

Est-ce dangereux pour Lemieux ?

Je pense que oui et j’avoue que j’aime mieux le Marc Ramsay qui avait retrouvé le sourire quelques minutes plus tard et qui répondait calmement aux questions de quelques journalistes.

GARDER SON CALME

Tous ces cris du cœur, tous ces « je vais lui arracher la tête », ne me disent rien de bon. On le sait que David Lemieux a un cœur de lion. On le sait qu’il n’a peur de rien. On sait qu’il peut être un formidable bagarreur.

Mais on sait aussi que pour battre un aussi bon boxeur que Billy Joe Saunders, olympien, invaincu et champion du monde, il faut être capable de rage et de calme en même temps. Rage pour frapper de toutes ses tripes, calme pour que la raison dicte la stratégie à suivre.

Hier, même un homme d’affaires habitué au stress comme Camille Estephan, fulminait devant la conduite des hooligans de Saunders. Et il n’était pas encore au courant que sa fille avait dû être ferme pour se débarrasser d’une couple de la bande qui l’achalait.

J’espère qu’Estephan va se lever avec le même calme qu’il affiche quand il doit clore un marché d’une dizaine de millions. Lemieux et Ramsay ont besoin de ce calme.

RIEN NE SERA FACILE

À un moment donné, faut se mouiller. J’ai visionné les combats de Saunders contre Willie Monroe, Chris Eubank jr et Andy Lee quand il est devenu champion. Trois solides adversaires qui avaient d’excellentes fiches et une très bonne réputation.

Saunders s’est bien servi du fait qu’il était gaucher en plantant son pied droit très à l’avant. Et il a été habile en défense et vif et rapide en contre-attaque. C’est avec une droite qu’il a envoyé Lee au tapis au troisième round. Lee s’est relevé pour terminer le combat.

Ce n’est pas un cogneur comme Gennady Golovkin ou Canelo Alvarez. Mais c’est vraiment un bon boxeur. Cependant, ses trois adversaires n’ont jamais marché sur lui pour établir un rythme d’attaque. Ils ont tenté de le boxer à distance.

Chose certaine, je ne pense pas que David Lemieux doive tenter de lui arracher la tête. Certainement pas dans les premiers rounds. Mais si Lemieux concentre ses attaques au corps avec la puissance qu’on lui connaît, tôt ou tard, Saunders va devoir baisser sa garde.

Comme l’a fait Curtis Stevens à Verona. Ça nous a donné le knock-out de l’année.

David Lemieux devrait donc gagner son combat vers le huitième ou neuvième round et devenir le nouveau champion du monde de la WBO. Mais ce sera très difficile et frustrant par longs moments.

Rage et raison devront faire bon ménage dans la tête et le cœur de David Lemieux.

DANS LE CALEPIN- C’est incompréhensible, mais les fans de Simon Kean, le poids lourd de Trois-Rivières et vedette montante d’Eye of The Tiger devront arriver à 5 heures s’ils veulent encourager leur favori. C’est lui qui fera lever le rideau sur la belle scène de Place Bell.