/news/consumer
Navigation

10 fois plus de revenus avec une serre de pot que de tomates

L’intérieur de cette serre de tomates de Mirabel sera transformé en grande production de cannabis d’ici le mois d’avril 2018.
Photo capture d’écran TVA nouvelles L’intérieur de cette serre de tomates de Mirabel sera transformé en grande production de cannabis d’ici le mois d’avril 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Un agriculteur de Mirabel prévoit avoir un chiffre d’affaires 10 fois plus grand en produisant du pot thérapeutique plutôt que des tomates roses.

Les Serres Stéphane Bertrand inc. transformeront leurs 700 000 pieds carrés de serres situées à Mirabel pour produire du pot thérapeutique plutôt que des tomates.

L’entreprise s’associe au plus important producteur canadien, Canopy Growth Corporation, pour créer une nouvelle société qui porte le nom de Les Serres Vert Cannabis inc.

Pour l’argent

L’entreprise prévoit que ses revenus provenant de ses serres passeront de 10 à 100 M$ grâce à cette décision.

« C’est certain qu’une tomate à 1 $ ou 1,10 $ la livre, ce n’est pas comparable [à ce que peut rapporter le cannabis] », explique M. Bertrand.

Le maire de Mirabel Jean Bouchard, le propriétaire de Serres Stéphane Bertrand, Stéphane Bertrand, le chef de marque pour le Québec de Canopy Growth corporation, Adam Greenblatt et Manon Bertrand, directrice des ventes.
Le maire de Mirabel Jean Bouchard, le propriétaire de Serres Stéphane Bertrand, Stéphane Bertrand, le chef de marque pour le Québec de Canopy Growth corporation, Adam Greenblatt et Manon Bertrand, directrice des ventes.

Le changement de vocation va permettre l’embauche de 30 employés supplémentaires. La compagnie nouvellement créée croit pouvoir fournir 40 % du cannabis thérapeutique de la province avec cette seule installation.

Sceptique

Il admet que la première fois que Canopy Growth l’a approché, il était à la fois sceptique et réfractaire, mais qu’après avoir visité les installations ontariennes de la compagnie, il a été convaincu.

L’agriculteur n’exclut pas de produire du pot récréatif quand il sera légalisé en juillet prochain.

Stéphane Bertrand a transporté sa production de tomates roses à ses installations de Lanoraie. Il estime que d’autres producteurs de la région vont profiter de l’occasion.

Même si l’appât du gain peut tenter plusieurs agriculteurs, le maire de Mirabel ne croit pas que sa ville deviendra la Mecque du pot.

« À Mirabel, il y aura toujours des producteurs qui vont maintenir ce qu’ils font actuellement. Il faut aussi se positionner à l’échelle du Québec parce que si ce n’est pas à Mirabel, ce sera ailleurs au Québec », dit le maire Jean Bouchard.

La transformation de la serre nécessitera un investissement de 15 M$ pour modifier les installations actuelles. La production pourrait débuter en avril 2018, dès que Santé Canada aura donné son approbation.

Un virage à 180 degrés

L’association qui regroupe les producteurs en serre du Québec se dit toutefois surprise de ce virage à 180 degrés.

« On peut prendre une ou deux de nos serres pour faire du cannabis et améliorer notre situation financière sans être obligé de tout changer », suggère André Mousseau, président des Producteurs en serre du Québec.

– Avec la collaboration de monjournal.ca