/sports/opinion/columnists
Navigation

Le soleil s’est levé quand même

David Lemieux n’a pas fait le poids devant Billy Joe Saunders, samedi. Le Québécois a du travail à faire pour être du calibre des trois boxeurs de la super élite mondiale.
Photo pierre-paul poulin David Lemieux n’a pas fait le poids devant Billy Joe Saunders, samedi. Le Québécois a du travail à faire pour être du calibre des trois boxeurs de la super élite mondiale.

Coup d'oeil sur cet article

Il était tard dans la nuit quand Camille Estephan a stationné sa voiture devant la maison de David Lemieux. Les deux hommes n’avaient pas parlé beaucoup pendant le court trajet.

Lemieux était très déçu de sa performance et Estephan, qui aime le boxeur comme son propre fils, avait mal pour lui. Les inquiétudes pour la suite des affaires d’Eye of the Tiger Management viendraient le lendemain.

Finalement, Lemieux a fait un mouvement pour sortir de l’auto. Estephan l’a retenu doucement. « On est déjà passé par là toi et moi. On va se cracher dans les mains et on va recommencer. Ça va être difficile mais on connaît le chemin », lui a juste dit le promoteur.

Lemieux a fait un petit signe de tête, est sorti, a pris son sac de boxe et s’est dirigé vers l’entrée de la maison.

Maintenant, l’éreintant travail de se reconstruire doit commencer. Ce sera plus dur qu’après sa défaite contre Gennady Golovkin. Parce que cette fois, le constat est cruel et brutal. Les trois de la super élite mondiale ont une marche d’avance sur lui. Et avant toute chose, il faut que Lemieux et Marc Ramsay découvrent comment on peut monter cette marche.

ÉPAULE AMOCHÉE

Ni Ramsay ni Lemieux ne veulent invoquer une excuse. Billy Joe Saunders a été un meilleur boxeur. Ça ne fait pas de doute. Mais dès le deuxième round, Lemieux s’est blessé encore une fois à l’épaule gauche. C’était déjà presque impossible d’atteindre Saunders avec deux bons bras, ça posait un problème insoluble avec un bras gauche qui ne tenait pas le coup quand il voulait lancer un jab.

La dernière fois, on a pensé qu’un simple repos suffirait. Cette fois, il va falloir investiguer davantage les raisons de cette blessure à répétition.

Mais l’autocritique dans le clan Lemieux doit commencer et rapidement. Marc Ramsay était d’accord une heure après la défaite de son boxeur.

« Ma propre autocritique sera importante. Qu’est-ce que je n’ai pas vu ? Qu’est-ce que j’ai mal préparé pour ce combat ? Par exemple, il est certain qu’on a sous-estimé la difficulté de s’approcher de Saunders. Le plan était de marteler Saunders au corps pour lui ramollir les jambes et faire baisser ses bras et de tenter le K.-O. dans les derniers rounds. Mais en ne pouvant s’approcher comme ç’a été le cas, le plan s’est effondré. David a tenté d’y arriver mais l’autre a été très efficace », de dire Ramsay.

TRIO AU SOMMET

En fait, Saunders a été encore meilleur que ce que les vidéos de ses combats pouvaient laisser deviner. Il ne cherche pas le K.-O. mais il a été capable d’ébranler Lemieux aux deuxième et septième rounds. Mais surtout, c’est un technicien de haut niveau. Ce n’est pas pour rien qu’il a représenté la Grande-Bretagne aux Jeux olympiques de Pékin en 2008.

Je me disais qu’un boxeur avec son ratio de knock-out (moins de 50 %) ne pourrait pas éviter les charges de Lemieux pendant 12 rounds. Je me trompais et lourdement. Après le deuxième round, on savait que la soirée serait longue et frustrante pour les fans.

En fait, un des seuls chroniqueurs de boxe québécois à choisir ouvertement Billy Joe Saunders avant le combat aura été Laurent Poulin, de Boxingtown. Il l’a annoncé clair et net sans « si » ni « peut-être ». Mike Bilodeau avait une prédiction ambivalente qui ne compte pas parmi les réussites : « Lemieux par K.-O. ou Saunders par décision ». Même moi, j’aurais gagné avec celle-là !

J’ai été ébloui par le brio de Saunders. Il fait partie du trio qui gère les poids moyens avec Golovkin et Canelo Alvarez. Sans doute qu’un duel entre Saunders et Golovkin serait plate à bâiller sur les écrans de HBO parce que ça tournerait à un match d’escrime. La danse de Saunders contre le jab de Golovkin, tu fais quoi pendant 12 rounds ?

Mais sur le plan purement sportif, Saunders mérite de faire partie de la danse à trois.

En attendant, on aura droit à Golovkin-Alvarez pour le Cinco de Mayo à Las Vegas, c’est presque officiel.

Si Golovkin ne se fait pas voler une deuxième fois de suite, Saunders aura sa chance.

DANS LE CALEPIN – Sur ce, je vous souhaite Joyeux Noël et Bonne et heureuse année. Pour mes fans du Plateau, c’est Joyeuses Fêtes et Bonne Guy-A. Lepage puisqu’il ne faut pas blesser les musulmans, les bouddhistes, les intellectuels et les agnostiques.

C’est certain que je vous reviens pour les Jeux olympiques. Pour le reste, ça va dépendre. Tout d’un coup le Canadien se mettrait à jouer au hockey et Carey Price, à saluer les fans après une victoire...