/news/health
Navigation

Pénurie de vaccins pour voyageurs

Les doses pour contrer la fièvre jaune sont rares

Quebec
Photo Stevens LeBlanc « C’est vraiment une double gestion, puisqu’on doit trouver cinq personnes à vacciner en même temps, étant donné que, lorsqu’on fractionne une dose, elle n’est bonne qu’une heure », explique l’infirmière Patricia Grimard, de chez Infirmia.

Coup d'oeil sur cet article

Les cliniques santé-voyage font des pieds et des mains pour trouver des doses du vaccin de la fièvre jaune, si bien qu’elles sont maintenant fractionnées pour accommoder un plus grand nombre de voyageurs, alors que le seul fabricant au Canada est en rupture de stock depuis plus d’un an.

L’arrivée de la neige donnera assurément envie à plusieurs Québécois d’aller faire un tour au soleil, mais il faudra s’y prendre au moins trois mois d’avance pour les vacances à destination de l’Amérique du Sud et de l’Afrique, où il y a présence potentielle de fièvre jaune.

Pour faire face à la pénurie qui perdure depuis plusieurs mois, l’Institut national de santé publique du Québec force les cliniques à fractionner en cinq les doses de vaccin YF-VAX contre la fièvre jaune.

Le vaccin n’est toutefois efficace que 12 mois plutôt qu’à vie, avec une dose complète. Cette nouvelle façon de faire cause bien des maux de tête aux infirmières, qui doivent créer des groupes de vaccination ou, pire, envoyer des patients jusqu’à Montréal pour se faire vacciner.

« On fait des groupes de cinq personnes, qui devront tous venir en même temps se faire vacciner, puisque lorsqu’on ouvre une fiole, elle est bonne 1 h seulement », explique Patricia Grimard, infirmière clinicienne chez Infirmia. « On reçoit des doses ici et là, ce n’est vraiment pas régulier », indique de son côté Geneviève Cloutier, infirmière chez Soins Santé GC.

Retardataires

Pourtant, cette vaccination est obligatoire pour entrer dans certains pays de la ceinture centrale de l’Afrique et en Amazonie, notamment. Les voyageurs retardataires et d’affaires seraient les plus pénalisés par cette pénurie.

« Certains arrivent ici et demandent à recevoir une dose complète parce qu’ils doivent partir à la dernière minute pour le travail et savent qu’ils vont devoir y aller souvent, en Afrique par exemple, mais nous ne pouvons pas », indique Mme Grimard, qui précise que le vaccin n’est effectif que 10 jours après avoir été administré.

Le coût d’une dose fractionnée tourne autour de 130 $, alors qu’une dose complète coûte près de 200 $.

Bris de machinerie

Le fabricant Sanofi Pasteur, situé en Ontario, explique cette pénurie par un bris de machinerie survenu dans une de ses usines de production aux États-Unis.

La porte-parole de l’entreprise pharmaceutique, Maggie Wang Maric, a mentionné que les doses du vaccin contre la fièvre jaune redeviendront disponibles au Canada « tard en 2018 ».

La fièvre typhoïde

  • Les voyageurs qui se dirigeraient plutôt vers l’Asie, le Mexique, la République dominicaine, la Chine et Cuba devront aussi être patients s’ils veulent se faire vacciner contre la fièvre typhoïde, qui s’attrape dans l’eau et la nourriture. Les doses injectables de ce vaccin se font de plus en plus rares depuis quelques semaines.
  • Le fabricant Sanofi Pasteur précise que la situation sera régularisée en janvier.
  • D’ici là, les voyageurs qui n’ont pas de contre-indications peuvent se tourner vers le vaccin oral, qui n’est toutefois pas disponible pour les enfants de moins de cinq ans.